AC/DC / Ballbreaker

ballbreaker

Brian Johnson (le chanteur d’AC/DC depuis 1980) n’ayant plus la capacité d’entendre quoi que ce soit et donc de finir la tournée, je me devais de vous faire découvrir pour moi un des meilleurs albums d’AC/DC (malgré ce que peuvent dire les fans) avec ce bon vieux Brian.

Voilà donc Ballbreaker sorti en 1995.

Pourquoi c’est pour moi un des meilleurs albums d’AC/DC. Les résonances blues sont plus marquées sur ce morceau, l’album a des morceaux qui envoient en live grave.

Hard As A rock est le premier morceau et est rapidement devenu un hymne dans le hard rock et lors des concerts d’AC/DC, dans la droite lignée d’un Thunderstruck (autre morceau éponyme).

Mais pour moi, la crème de l’album réside dans The Furor. Un morceau sombre, hyper blues avec une mélodie impeccable et efficace. Ce morceau, je pourrais l’écouter pendant des heures. Son intro montant en puissance très lentement. La guitare des frères Young (Angus officiant en solo et Malcolm Young à la rythmique). Ce ne sont que quelques notes mais tellement géniales.

La voix si particulière de Brian hurle alors que le morceau est très bas, sombre. Le solo de guitare vient reprendre la rage du chanteur. Génialissime.

Mais il y a aussi Boogie Man. Le riff blues qui monte tout doucement, la rythmique de batterie suivant le pas de la guitare. Simple mais pas besoin de plus.

Il y aussi Burnin’ Alive et son contretemps de la guitare qui retombe une fois sur deux sur la cymbale de Phil Rudd (le batteur). Le morceau est plus lent, mais explosif en live.

On finit l’album avec Ballbreaker. Je revoie encore l’entrée en scène de Brian Johnson sur sa boule de chantier au dessus de la foule. Ce morceau, plus rock, revient plus aux origines. Le morceau accélère au deuxième couplet, prenant son rythme de croisière pour exploser sur le refrain où Brian entonne « You are a Ballbreaker ». Énorme.

Conclusion :

Plus un album fait pour le live, c’est aussi un album plus lent que la plupart de leurs autres albums. Les solos sont toujours aussi géniaux et la voix de Brian Johnson à son paroxysme. Les mélodies blues rendent l’album très sympathiques à écouter et The Furor… je m’en remets pas. A écouter avec une bonne bière et des amis aux cheveux longs.

Deezer : http://www.deezer.com/album/9410102?utm_source=deezer&utm_content=album-9410102&utm_term=7126184_1458073618&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/1zXYNAA57WJ33GgZJHchhX

Facebook : https://www.facebook.com/acdc/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire