Bad Omens / Bad Omens

badomens

Bad Omens est le regroupement de musiciens déjà confirmés et surtout d’amis ayant un projet commun. Faire du métal bien lourd mais pas que ; créer une ambiance, un environnement qui plonge l’auditeur dans un univers sombre et antique. Voici donc leur premier album : Bad Omens (pourquoi s’embêter pour un premier album à chercher un titre).

On sent tout de suite que les musiciens ont de la bouteille. Les mélodies sont très techniques, très travaillés et percutantes.

Glass Houses et son intro au synthé crée tout de suite l’ambiance. On part dans un autre âge, un univers parralèle. Puis les guitares électriques prennent la main et c’est parti pour un rythme endiablé et une mélodie rapide et puissante. On a des musiciens qui balancent toute leur énergie dès le premier morceau : Noah Sebastian (voix), Nicholas Ryan et Joakim Karlsson (guitares), Vincent Riquier (basse) et Nick Folio (batterie). Les choeurs et les parties piano maintiennent cet univers singulier, antédiluvien, alors que les guitares électriques et la batterie accrochent l’auditeur à la modernité et l’aggressivité du morceau.

Exit Wounds est un de mes morceaux préférés. Rapide, efficace et puissant, terriblement puissant. Je retrouve un peu dans la voix de Noah Sebastian le type de voix du chanteur de Linkin Park (Chester Bennington). Mais il sait aussi se mettre en colère et pousser encore plus les rythmiques comme rouleau compresseur.

FERAL et son intro industrielle sort un peu du lot. On entendrait presque des machines se mettent en marche. Les guitares s’activent autour des rouages pour donner un ensemble lourd et génial.

On retrouve d’ailleurs un peu sur le refrain le même esprit que Linkin Park sur son premier album (Hybrid Theory) et la même aggressivité que j’avais aimé sur cet album avant qu’ils ne sombrent dans le médiocre (je parle toujours de Linkin Park).

Bref un très bon morceau et qui donne la gniak (l’envie de vous dépasser si vous préférez).

Malice et son roulement de double pédale (frappant la grosse caisse, le gros tambour par terre) pour les non initiés est énorme. C’est un morceau d’une énergie folle. La voix est géniale, les choeurs ajoutant encore à l’énergie dégagée de Noah.

C’est mon morceau préféré. Il donne envie de sauter et pogoter partout (faite attention dans la rue en l’écoutant, tout le monde n’est pas ouvert au pogo sauvage et spontané).

Crawl au piano est envoutant. Un morceau mélancolique avec une réverbération sur la voix qui donne une impression d’être chanté comme dans un rêve, un lointain souvenir. la voix se perd dans l’infini alors que des arrangements synthés viennent frapper derrière le piano comme un écho, des pas résonnants contre les murs. Puis le flou, le nuage disparaît en toute fin de morceau et la voix devient clair, comme sorti du rêve, sursautant. Les cordes s’ajoutent à l’orchestration pour le final. C’est très beau.

On finit l’album avec The Fountain. Les percussions installent leur univers à nouveau. La voix se fait douce, les arrangements sont très aériens, optimistes. On serait presque sur un morceau électro-pop. Puis les guitares électriques rappellent à l’ordre l’auditeur. On garde cet mélodie positive et chaude, les guitares n’étant là que pour dire que c’est du métal. Sur le dernier tiers du morceau, on finit en apothéose avec une mélodie presque épique, la batterie et les guitares se joignant au synthé pour créer une ambiance très dense et digne d’un final de film (le moment où le gentil se sacrifie pour sauver le monde).

Conclusion :

J’attendais avec impatience un bon album de métal. Le voici. On peut trouver que le groupe reprend à son compte la puissance et la rapiditié du trash et l’énergie et l’efficacité du néo-métal, mais c’est tellement bien fait que je m’en fouts. L’album est très bon, il n’y a globalement rien à changer. Bad Omens, retenez bien ce nom car je ne serais bientôt plus seul à vous en parler.

Ils vont devoir confirmer mais leur niveau technique et leur énergie le leur permet.

A écouter entre potes aux cheveux longs en hochant la tête frénétiquement avec une bonne bière à la main.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/13833292?utm_source=deezer&utm_content=album-13833292&utm_term=7126184_1471640082&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/44MsvFBCmQaIozNrcJe2XQ

Facebook : https://fr-fr.facebook.com/badomensofficial

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire