Beartooth / Aggressive

aggressive

Deux ans seulement après Disgusting, dont j’ai déjà fait l’article, Beartooth revient avec un album plus énervé : AggressiveCaleb Shomo a les crocs!

Il a choisi pour co-écrire avec lui l’album, John Feldmann, le producteur musical de Good Charlotte et 5 Seconds Of Summer. Ce n’est pas forcément pour me plaire : ce sont deux groupes de Nu-métal très porté sur le teenage métal (métal pour les enfants).

Aggressive commence avec un son beaucoup moins compressé que Disgusting, c’est indéniable. Le son est très métal, puissant. Caleb Shomo est toujours en colère et le fait savoir. Le refrain est fédérateur, puissant. Le riff de guitare est simple et me fait penser à Papa Roach. Sur le dernier tiers du morceau, on a même une montée en puissance, une colère qui explose, ou plutôt une révolte. Pourquoi révolte? car dans la chanson, il parle d’enfants qui sont sous le joug d’un homme tout puissant contre lequel il (un des enfants) se rebelle.

Les paroles me font penser à deux choses :

  • La première est politique. Il parle d’enfants agressifs perdus comme une métaphore de notre société par rapport aux dirigeants qui nous infantilisent. A la fin, l’enfant se rebelle. D’où le fait qu’il dit qu’il ne refuse d’être opprimé ou encore demande à l’homme comment est la vue depuis son trône aujourd’hui.
  • La seconde est cinématographique : Danny The Dog. dans le film, on a l’histoire d’un enfant élevé, avili (Jet Li), pour détruire sur l’ordre d’un homme. A la fin, l’enfant devenu jeune homme se rebelle par amour. Tout comme dans le film, la comparaison avec un chien est faîte sur la pochette notamment.

Pour conclure sur ce morceau, voici le clip :

 

Hated est plus dans l’esprit punk. La rage est toujours là mais le rythme est beaucoup plus élevé sur les couplets. Le refrain est chanté en mélodique alors que le couplet est hurlé à la face du monde. Le riff de guitare sur le deuxième couplet est très bon, la saturation est sèche, les quelques notes sont répétées jusqu’à entrer dans la tête. Le morceau est aussi plus court. Mais ne dit on pas que ce qui est bon est éphémère.

Burnout est lui aussi très punk, au début. Il hurle cette fois ci quasiment tout le long. Le son comme la mélodie devient en fin de morceau très métal. Les guitares comme la batterie sont plus lourdes, prennent aussi un rythme plus lent. La double pédale de batterie accentue la puissance du morceau.

Côté paroles, on est sur quelque chose de très personnel. Il met en avant son tempérament pessimiste. Il sait qu’il écrit des choses défaitistes, qu’il se met en colère trop souvent. Mais dans cette chanson, il crie pour qu’on le laisse libre d’être ce qu’il est. Il ne veut pas changer, ne peut pas changer. ces cicatrices sont présentes et l’animent, expliquent ces chansons.

Always Dead est un pur morceau punk, du moins là aussi au début. Un titre très rapide par sa composition (il dure moins de 2’20”) que par sa rapidité d’exécution. Il va à 200km/h. On a à peine le temps de se reposer que sur le dernier tiers du morceau où le morceau ralentit là aussi très fortement pour se livrer à un pur morceau métal. Là encore, le riff de guitare balance grave.

Je passerai rapidement sur However You Want It Said. Un morceau qui pourrait sortir de Good Charlotte. La voix mélodique est, cette fois, quasi omniprésente. On bascule plus sur du rock énervé, du Nu-métal, par rapport aux autres morceaux. Je pourrai presque entendre les jeunes filles en fleur crier son nom en arrière fond (c’est du cynisme).

La mélodie est sans intérêt et déjà utilisé à outrance dans le groupe que j’ai cité précédemment.

King Of Anything a une vrai mélodie métal pour lui. Une mélodie sombre, lente avec une saturation très grasse. La voix est posée, au même plan que la guitare. Le morceau est très lent. La colère ne monte dans la voix qu’à la fin du morceau, et seulement quelques secondes. Dommage qu’il soit si court. On s’attend à entendre le son exploser à tout moment mais non. On reste dans cette ambiance sombre, calme, froide. Un très bon morceau. Une chanson sur sa notoriété, un homme mis sur le devant de la scène essayant de ressembler à ce que l’on veut qu’il soit. Cela pourrait tout aussi bien être une chanson d’amour. “Je ne suis qu’un enfant mais je vais essayer d’être un homme”. Mais l’homme que lui désire, qu’il assumera d’être et non l’homme idéalisé par autrui.

Conclusion :

Mis à part deux, trois morceaux très typés Good Charlotte et teenage rock (However… ou encore Loser), Aggressive est un bon album. Après Disgusting, je trouve que Caleb Shomo et avec lui, Beartooth, monte en puissance. Je pense que garder cette touche de punk dans un univers résolument métal est une bonne idée et donne de l’énergie au morceau.

J’attends de voir le troisième album qui est souvent l’album charnière : le pire ou le meilleur. En espérant que ce sera pour lui l’album de la consécration (comme dirait les journalistes sur à peu prêt tous les albums des personnes qu’ils reçoivent).

Deezer : http://www.deezer.com/album/12846368?utm_source=deezer&utm_content=album-12846368&utm_term=7126184_1465327054&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/5nQE80zQR1NqKDBo4oE4EJ

Facebook : https://www.facebook.com/BEARTOOTHband/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire