Bjork / Vulnicura

Front

Le dernier album de Bjork sorti en début d’année marque une continuité dans le style musical mais une rupture avec ces écrits précédents puisqu’il parle de la rupture et de l’après relation avec Matthew Barney. Fait suite une série d’accidents de la vie qui finiront de lui faire écrire cet album : Vulnicura. Tout en beauté, comme Bjork sait le faire.

La pochette de l’album donne une représentation mystique de Bjork, le halo jaune entourant son visage comme sont représentés les saints, le contour bleu autour des épaules et la blessure au centre de sa poitrine fait penser à Jeanne d’Arc (avis personnel).

Dans cet album elle combat la tristesse, de sa rupture, puis de la maladie pour enfin combattre la maladie de ces proches.

Je m’explique : les 3 premiers morceaux ont été écrits respectivement 9,6 et 3 mois avant la rupture. On sent déjà que cela ne va plus dans son couple, elle se pose des questions, sur l’amour de son conjoint, sur ce qui les unit, et elle commence même à prendre du recul.

History of touches n’est rien que moins que leur dernier nuit ensemble, nuit d’amour. Ce morceau entouré des claviers et sonorités électroniques. On est dans des sonorités lentes, la voix chaleureuse et envoûtante de Bjork dissonant un peu avec la musique.

Autant les paroles de ce morceau sont belles, autant la musique ne me plait pas, je passe.

Les trois chansons suivantes sont écrites 2,6 et 11 mois après leur séparation.

Dès Black Lake, prédominance des instruments à cordes, mélancoliques, voix lente et presque sanglotante. Elle prend la rupture de front et essaye de l’accepter.

Family érige une protection de la mère pour l’enfant face à cette rupture. Alors qu’elle est encore en pleine tristesse, elle essaye de ne pas impacter ses enfants, recréant un cocon familial. Les percussions sont comme le battement lent d’un cœur, puis viennent les cordes comme le cerveau se mettant en marche, réfléchissant. Les cordes ralentissent et vient le temps de l’adoucissement, de la paix pour ses enfants.

Notget est l’acceptation de cette rupture et le besoin de Bjork d’aller de l’avant.

Atom Dance représente la reconstruction, notamment intérieure mais aussi musicale de la chanteuse. Ce sont les percussions électroniques qui représentent les atomes, jouant, courant dans le morceau et au travers de son être pour en faire une nouvelle Bjork, plus forte. Ce morceau apparaît plein d’espoir.

Mouth Mantra est écrit alors qu’elle devient aphone à cause d’un polype pendant 3 mois.

Sa confrontation au silence lui permet d’écrire et d’aller encore un peu plus loin dans le renouveau. D’où les chœurs représentant les voix intérieures de la chanteuse.

Quicksand est écrit lorsque la mère de Bjork est dans le coma suite à une crise cardiaque.

Le titre qui veut dire « sables mouvants » marque la fin de l’album et du cheminement de la chanteuse. En voyant sa mère tomber, elle se dit que si sa mère se bat (en étant dans le coma) pour ne pas mourir, elle ne doit pas sombrer dans la dépression. L’une entraînant l’autre, comme des sables mouvants, pour sa mère elle se doit d’être forte car sa mère l’est aussi.

Conclusion :

Au delà des paroles qui montrent l’adversité de la vie et la réaction de la chanteuse face à cette adversité, on reconnaît le style musical de Bjork. Tout en beauté, en profondeur, nous immergeant dans son univers par ces sonorités aussi bien modernes que plus traditionnelles et sa voix, toujours aussi sublime.

Un travail sur soi et sur l’album qui apporte toute sa valeur à Vulnicura.

Si on aime déjà Bjork, on continuera avec Vulnicura. Si on aimait pas Bjork, écoutez Lion Song et Atom Dance ou même ce nouvel album, cela vous fera peut-être changer d’avis.

Deezer : http://www.deezer.com/album/10583477?utm_source=deezer&utm_content=album-10583477&utm_term=7126184_1443630665&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/7FNtMOO3btvce2G5paXtsE

Facebook : https://www.facebook.com/bjork/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire