Blink 182 / California

blink182

Blink 182, groupe de punk californien revient avec un nouvel album : California. Blink 182, c’est un vieux souvenir de faculté…Voyons s’ils ont toujours la patate et le grain de folie que j’aimais au début des années 2000…

Bored To Death me rappelle les années 2000. Le même son d’antan, la voix me paraît plus mure cependant. Mais les riffs sont les mêmes : rapides, simples, punk gentillet, à la limite de la pop un peu énergique. Les paroles sont, elles aussi simplistes : “la vie est trop courte pour durer longtemps”…Merci Einstein, on l’aurait pas su on en aurait fait des insomnies. Même le clip est chiant.

Los Angeles est une chanson implorant de redonner ces lettres de noblesse à cette ville. C’est devenu une ville sale, mal fréquentée et la ville elle-même s’en plaint (dans la chanson). Le morceau est très rapide, on a pas le temps de souffler. Çà ne rentre pas dans la tête pour autant (hormis peut être quand il hurle Los Angeles et encore).

Sober a droit à son passage au piano, ces chœurs chantés par l’ensemble des musiciens (c’est à dire les trois musiciens). Le morceau est sympa sans vraiment marquer l’histoire ni du groupe ni de la musique.

Home Is Such A Lonely Place commence avec la voix de Mark Hoppus et une guitare acoustique. Le merci est très doux, sympa même s’il reste très rapide. Sur le deuxième couplet, Travis Barker installe sa batterie avec un roulement de caisse claire qui accélère encore le morceau. Je trouve que çà gâche un peu l’harmonie du morceau et suis heureux quand il arrête. J’adore Travis et sa technique est très bonne mais là, il n’a tout simplement pas sa place.

Rabbit Hole est peut être le meilleur morceau de l’album. Les riffs de basse sont sympas, le morceau est énergique, monte en puissance et la batterie balance dans tous les sens. Le riff de guitare est entraînant et plutôt festif. Ce morceau parle de la folie. Il fait le parallèle avec Alice Au Pays Des Merveilles et ces voix intérieures qui le poussent dans toutes les directions comme Alice qui suit le lapin blanc comme une voix intérieure.

A l’inverse il loue la beauté de la Californie dans California. Sa ballade sur la jetée, les brumes de la banlieue, bref c’est une belle région où il fait bon vivre. Le morceau est quant à lui très mou, pop des années 2000 qui montent doucement vers un rock un peu plus énergique que l’on n’attend plus avec un riff sans intérêt.

Le morceau rigolo (comme ils savaient le faire à l’époque) est Brohemian Rhapsody (clin d’œil à Queen bien entendu). Je vous traduit les paroles pleines de sens : “il y a quelque chose (qui me gêne ou qui m’interpelle) à propos de toi, je ne peux pas mettre totalement mon doigt (où çà… mystère).

 

Conclusion :

Peut être que le groupe n’a pas vraiment vieilli mais moi si. C’est pourquoi je n’accroche plus autant sur les délires de Blink 182.

Où peut-être que cela vient du fait que le groupe se dissout et se reforme aussi vite et on a l’impression qu’ils ne reviennent que pour le fric que cela engendre. Je ne sens pas d’alchimie, aucune cohésion réelle du groupe au sein des chansons. Elle défilent sans vraiment marquer. Leur délire d’antan (Brohemian Rhapsody est dans cet esprit) fait sourire, mais reste anecdotique au sein de l’album. J’aurai aimé voir plus de cette folie, idiotie qu’avait le groupe.

Blink 182 est un groupe sympa de punk teenager. Seulement les teenagers ne sont plus les mêmes et je ne suis pas sûr qu’ils attendent après California.

Deezer : http://www.deezer.com/album/13475721?utm_source=deezer&utm_content=album-13475721&utm_term=7126184_1468262886&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/4wuYQ9hyF1EGmrtjMpgpE9

Facebook : https://www.facebook.com/blink182/?fref=ts

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire