Deep Purple / Infinite

Deep Purple, le groupe de Smoke On The Water, de Highway Star, du premier live enregistré avec un orchestre philarmonique (le Live In Japan, une tuerie), de Ritchie Blackmore, Ian Paice et Steve Morse, continuent de composer. Ils n’ont même jamais vraiment arrêté (hormis leur séparation de 76 à 84), et malgré quelques changements de line-up, les créateurs du hard rock balancent toujours avec ce nouvel opus : Infinite.

Infinite pourrait résumer leur carrière et leur volonté de faire plaisir à leur public. Mais Infinite marque surtout la fin de leur carrière. C’est le 20ème et dernier album (dixit les membres du groupes) puisqu’ils entament un Long GoodBye Tour dans la foulée de la sortie de l’album.

Petite anecdote somme toute personnelle : la première fois que je suis allé voir un concert avec mon père (c’est moi qui l’ai emmené, pour vous dire s’il a attendu longtemps avant de voir un concert), c’était pour Deep Purple à Tours. Le son était pourri (dû à la salle) mais l’ambiance et le jeu des mecs étaient énormes.

Côté de leur nouvel album, on garde le style Deep Purple, un son rock psychédélique axé sur trois choses : la voix, la guitare et le synthé. Pas que le reste soit moins important (Ian Paice et son jeu de batterie est légendaire et m’a donné l’envie de continuer à jouer de la batterie malgré mon manque de temps) mais simplement, la base mélodique tourne autour de ces trois piliers.

Donc l’album commence avec Back To Bedlam. Une ambiance glaciale, une voix synthétisée donnant un côté paradoxalement très fantastique. Paradoxalement, car le groupe revient à son jeu juste après çà : un synthé dont le solo est splendide, la guitare électrique de Steve Morse (beaucoup regrette Ritchie Blackmore mais Steve Morse fait le boulot) propre, lisse et la voix de Ian Gillian emblématique du groupe.

On serait presque sur du symphonique.

All I Got Is You voit le jeu de Ian Paice à la batterie mise en avant sur l’intro (très feutrée, très technique dans son jeu). Le morceau continue de balancer un rock vintage, très mélodique. Ce morceau serait presque aux bords de la ballade. Le refrain sonne et balance. Sans aller à dire que c’est du hard rock, c’est du bon rock 70’s.

Get Me Outta Here et le son de batterie saturé fait très moderne. Le son est très lourd, l’enregistrement donne un côté chaotique voulu et assez déroutant. La partie chant harmonise le tout. D’ailleurs, la façon de chanter de Ian Gillian est très spéciale sur ce morceau. On pourrait croire qu’il essaye de rapper. Sur ce morceau, c’est la batterie le lien fédérateur et dominant. Le solo de guitare est magnifique, celui de clavier aussi mais on retient surtout la partie de batterie énorme et d’une technicité faussement simple.

Le morceau, malgré le son très vintage, affiche un modernisme cassant un peu l’esprit que l’on pourrait se faire de Deep Purple. C’est pour ma part mon morceau préféré.

Les morceaux, dans leur intro, affichent une ambiance très proche des groupes de métal symphoniques nordiques (dont beaucoup se sont inspirés de Deep Purple d’ailleurs).

Johnny’s Band ou The Surprising en sont un bel exemple. Après, on retombe un peu dans un rock très vintage un peu en deçà de l’époque du grand Deep Purple.

On a aussi des morceaux avec une assise plus blues rock assumée, comme On Top Of The World (et son riff blues très pêchu et le son de basse dense à souhait) ou Birds Of Prey (qui ajoutent même des sons très électro modernes) ou enfin Roadhouse Blues (une reprise des Doors) et son intro à la batterie énormissime ainsi que l’harmonica, la gibson (marque de guitare beaucoup utilisée pour le blues) à fond.

Perso, j’ai un petit coup de coeur pour On Top Of The World et Roadhouse Blues.

Conclusion :

Un album qui fait le lien avec le groupe d’antan sans en avoir l’aura. Deep Purple fait du Deep Purple des années 70, mais aujourd’hui ce n’est plus vraiment à la mode. Par contre, quand ils sortent un peu des sentiers battus, comme sur leurs morceaux bluesy, c’est très bon. Je retrouve un groupe qui aime jouer ensemble et nous surprend toujours.

Dommage que ce soit une dernière fois. Sniff, j’ai hâte de vous voir pour votre dernière au Hellfest 2017!! Messieurs Ian Paice, Steve Morse, Ian Gillian, Roger Glover et Don Airey, Rock And Roll Forever.

Pour l’acheter (coffret CD+DVD+Tshirt):  

Deezer : http://www.deezer.com/album/15422370?utm_source=deezer&utm_content=album-15422370&utm_term=7126184_1492030259&utm_medium=web

Spotify : https://open.spotify.com/album/15nE1szoTUhzet5GUQnp4P

Facebook : https://www.facebook.com/officialdeeppurple/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire