Deez Nuts / Binge & Purgatory

Deez Nuts est un groupe de punk métalcore. Mélange de rap chanté et de punk/métal pour les mélodies, ce groupe australien nous balance un 4ème album, Binge et Purgatory, énergique et colérique.

J.J. Peters, le chanteur de Deez Nuts, est l’ancien batteur de I Killed The Prom Queen, un groupe de punk australien. Fasciné par le rap, ne reniant pas pour autant son univers punk/metal, il décide de créer un groupe autour de ces deux styles, dans un premier EP. 4 albums plus tard, le mélange rap, metal et punk marque le style bien particulier de Deez Nuts.

L’album commence avec un instrumental de 50 secondes. Binge est un son de basse énorme rattrapé par une batterie puissante et une guitare électrique incisive.

Purgatory explose littéralement. Un pur chant rappé énergique ajouté à des choeurs rock, une guitare énorme accouplée à une basse rouleau compresseur, le tout sur une rythmique de batterie pêchue et énervée à souhait. Un pur morceau de rap/métal comme on aimerait en voir plus souvent.

Les morceaux sont courts et ne laissent pas la place à la lassitude.

Antidote ou l’attrait de la drogue pour expier ces démons. Le morceau est lourd, agressif, rappelant par certains moment un Machine Head pour les mélodies.

L’intervention de Scott Vogel, le chanteur de Terror, qui hurle à mort, ajoute encore plus d’aggressivité et de puissance au morceau déjà bien fourni.

Sean Kennedy à la basse crée une atmosphère énorme avec son de basse surpuissant. Son son est tellement dense qu’il écrase tout derrière.

Comme par exemple Break Out, ou casser le moule pour lutter contre le conformisme social. Le son de basse et sa densité est un moteur pour le morceau, rapide et énergique.

De même, l’intro de Lessons Learned à la basse et à la guitare, ajouté à cela la voix de Jamey Jasta, le chanteur d’Hatebreed, et on a droit à un véritable tractopelle musical. Le morceau est rapide, puissant et pêchu à souhait. Un pur moment de plaisir métal.

Ce morceau rappelle l’importance de la mémoire, de l’histoire. L’histoire se reproduit (sur le plan politique notamment) et pourtant, on a tendance à ne pas se souvenir, apprendre du passé.

La fin de l’album redescend un peu en attractivité je trouve. Remedy et Do Not As I Do perde en qualité musicale et énergique. On tombe un peu dans la facilité.

Conclusion :

Un album très pêchu, bien dans l’esprit punk par l’énergie déployée et la durée des morceaux (ne dépassant que rarement 3 minutes), dans l’esprit métal par la colère et la puissance envoyée par les instruments et dans l’esprit rap par la qualité des textes percutants et directs.

Autant, les morceaux sont courts, autant la fin de l’album est un peu baclé, mais on garde quand même deux tiers de l’album de très bonne facture, ce qui est déjà un très bon travail en soi.

Pour ma part, deux coups de coeur en Lessons Learned et Purgatory par leur explosivité.

A écouter en phase défouloir et dépense énergétique intense.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/36334691?utm_source=deezer&utm_content=album-36334691&utm_term=7126184_1492352450&utm_medium=web

Spotify : https://open.spotify.com/album/7lBAEpG0XBDJgX8wuVxhHj

Facebook : https://www.facebook.com/deeznutshardcore/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire