Diana Rising / Stars Can’t Shine Without Darkness

Diana Rising est, contrairement à ce que l’on pourrait penser en voyant le nom, un groupe de métalcore français. Leur premier album, Stars Can’t Shine Without Darkness montre tout de suite la voie du groupe : du métal puissant, mélodique, technique et lourd!

Ce groupe de Mulhouse créé en 2012 a déjà fait plus de 100 concerts et à tourné avec des groupes tels que Betraying The Martyrs (les métalleux les plus français des groupes américains) ou Shoot The Girl First. Et cela avant même de sortir leur premier album. C’est pour vous dire que cet album a été bien muri et travaillé.

Et on l’entend dès Piece By Piece. Un morceau très mélodique dans la guitare solo, puissant et lourd dans la guitare rythmique, la basse et la batterie et un chant growl pour finir le tout. C’est du métalcore teinté d’harmoniques. Le morceau est dense, le son est super propre.

Côté paroles, je m’interpelle un peu. D’un côté j’y vois une histoire d’amour et de l’autre une prise de conscience religieuse. L’énergie et la puissance déployée ne convient ni à l’un ni à l’autre (on est bien loin de la ballade comme de la chanson d’un chemin de croix, mais c’est là tout le paradoxe du métalcore).

J’aime beaucoup le riff de guitare d’Infinite Dimensions sur le refrain (montant très haut). La mélodie, malgré ce que certains non afficionados du métal, est très technique et aboutie. Le morceau est rapide, puissant, percutant ; en un mot, superbe.

Je ne suis pas un fan des growls à tout bout de chant, mais vu le style percutant, rapide et énergique du groupe, cela ne me gêne pas outre-mesure.

The Void est un morceau instrumental. Le son de guitare est lourd et pesant. La batterie est rapide et incisive. Les deux viennent se marier autour de la guitare soliste, aérienne.

Diamonds Cloud donne l’impression de continuer The Void. On reste un peu sur la même mélodie et toujours cette collaboration de la batterie frappant froidement de manière stratégique et la lourdeur assourdissante de la guitare et de la basse assénant chaque coup comme un upercut. Le growl revient sur le devant de la scène.

Là aussi, la spiritualité religieuse est mise en avant. Et en même temps, on ressent une déception amoureuse, un rêve brisé.

J’ai beaucoup aimé Cursed et son travail mélodique. Derrière la colère du chant, la puissance de la guitare et de la batterie, le solo m’a fait penser à des sonorités plus antiques. J’ai tout de suite penser au film la Momie (par pour son scénario mais plus pour les pyramides, le désert et l’ambiance). Cette ambiance disparaît après la première moitié du morceau pour laisser place uniquement à la puissance et à l’énergique du groupe.

De même, You Should Have Know est un peu dans le même esprit. Une mélodie à la guitare soliste faussement calme et aérienne, comme apaisante en contraste avec la lourdeur des autres instruments. C’est mon coup de coeur, l’énergie dégagée est plus positive sur ce morceau je trouve, comme un course en avant, vers l’avenir.

Conclusion :

Un album plein d’énergie, de colère et de puissance. Le groupe dégage une énergie considérable, c’en est impressionnant.

Le groupe explique cet album comme « une sorte d’alchimie sombre entre le Cosmos et l’esprit humain ». J’irai plus loin en disant que c’est l’alchimie de tout : le spirituel et le terrestre, l’ombre et la lumière, l’amour et la haine, le calme et la tempête. Tous les morceaux oscillent dans ce sens, soit par les textes, soit par les mélodies.

Je ne suis pas fan du growl à tout bout de champ, j’aurai aimé avoir un chant clair de temps en temps. Cependant, l’album s’écoute facilement pour les fans de métalcore ou de deathcore. Pour les non initiés, cela sera plus compliqué.

Un très bon premier jet, à confirmer et à faire évoluer encore dans ce sens.

Pour l’acheter (MP3) :

Deezer : http://www.deezer.com/album/39412971?utm_source=deezer&utm_content=album-39412971&utm_term=7126184_1492117927&utm_medium=web

Spotify : https://open.spotify.com/album/6S5KNKcnvBiPtUmmw3JGfd

Facebook : https://www.facebook.com/dianarisingmusic/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire