Disturbed / Immortalized

Disturbed_immortalized

Enfin Disturbed revient, après 4 ans d’absence et une chose est sure : c’est toujours aussi bon d’entendre du bon son, Métal comme on aime : Immortalized.

Une intro, un solo de guitare qui envoi et marque tout de suite le ton, çà va autre du beau et du grand.

Le deuxième morceau “immortalized” se la joue métal symphonique mais avec toujours cette voix de malade de Monsieur David Draiman.

Des sonorités un peu moins lourde que Down of the Sickness, leur premier album mais leurs riffs restent efficace. On est loin des albums précédents, privilégiant un son plus épuré par rapport aux apports de sonorités industrielles d’avant.

Dan Donegan et sa guitare, ces solos étant beaucoup moins présents que dans les autres albums(je le regrette), créent des compositions rythmiques très enlevées et servant toujours le chanteur.

Des chorus venant de Dan et Fuzz sur plusieurs morceaux, la voix plus assumée de David et les compositions donnent un air de Metal FM assumé par le groupe. Car il ne faut pas se leurrer, ce sont des très bon musiciens derrière ces morceaux et on le sent tout de suite. L’écriture a été travaillé et est de très bonne qualité.

“You’re Mine” revient complètement dans le métal symphonique, avec un travail un peu plus important sur les voix. On ne retrouve pas les cris habituels mais plutôt des chants plus mélodiques.

Save Our Last Goodbye” et “Never Wrong” (perso mon morceau préféré) renoue avec le Disturbed du début, guitares saturés rapides et sèches, batterie puissante et un ton plus lourd.

The sound of Silence“, reprise (passage obligé chez eux) de Simon et Garfunkel donne une autre vision de la sensibilité du chanteur. guitares acoustiques, violons et pianos viennent se mêler à sa voix plus douce, plus harmonieuse que jamais. C’est sublime et on trouve Disturbed là où on ne l’attend pas.

L’album est long (13 morceaux sans les bonus) mais on ne se lasse pas, les styles variant au gré de l’album toujours avec leur touche propre : les rythmiques incisives et la voix du chanteur reconnaissable entre 1000.

Conclusion :

On est loin d’un album standard de Disturbed et cela sera bien son seul défaut. Le style musical est travaillé et la technicité est là. A l’heure où tous les groupes et musiciens tiennent absolument à sortir un album tous les 6 mois – 1 an, cela fait du bien de voir que la création musicale n’est pas toujours bâclée. Les choix musicaux sont assumés et ils me plaisent à moi. A écouter sans se lasser autour d’une bonne bière (la modération c’est si tu conduits)

Deezer : http://www.deezer.com/album/11020874?utm_source=deezer&utm_content=album-11020874&utm_term=7126184_1443630771&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/3qFQ4XNQ15alZrAaj5oGJK

Facebook : https://www.facebook.com/Disturbed/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire