Dope Oüt / Scars & Stripes

Dope Oüt est un groupe parisien de rock/métal. Créé en 2013, ils ont écumé les scènes parisiennes et les tremplins. Après un premier album et deux EP, voici venu Scars & Stripes, leur deuxième album. Un album qui sonne comme un heavy métal texan.

Mélangeant rock’n roll américain, hard rock, heavy métal et quelques touches de punk pour l’énergie et la spontanéité, Dope Oüt créé un style : le Dope’N Roll (comme ils aiment à l’appeler). Un style qui ressemble un peu au heavy métal texan.

Ils ont une rythmique bien en place avec un son bien rond et des guitares saturées délivrant des mélodies percutantes et incisives (je veux dire que çà tranche).

Ecrivant aussi bien sur les rêves de gosses (Scars and Stripes) que sur les histoires d’amours (Dive), le plus important reste comme même le son, transmettant l’émotion première du morceau au public.

Ainsi Scars And Stripes, le morceau titre, et son intro à la basse balance un heavy bien pêchu. La montée des instruments les uns après les autres signe l’arrivée d’un riff de guitare saturé très heavy, propre et sans fioritures. On est sur du pur heavy énergique et puissant. Le morceau rentre facilement en tête, le morceau est très bon. Efficace, c’est le maître mot de Dope Oüt.

Dive conserve cette énergie même si le morceau est un peu plus complexe dans sa mélodie. Le morceau garde ce côté très américain (peut être dû au phrasé du chanteur aussi). La mélodie est là aussi très sympa, avec même un petit solo de guitare en fin de morceau.

J’aime bien les choeurs sur ces chansons, çà donne un petit côté live qui doit prendre toute sa dimension sur scène.

J’aime bien Clan Of Bats et l’esprit très punk-rock du couplet et un peu pop du refrain. Ils créent une ambiance aérienne sur le refrain très sympa. A mi morceau, on a un léger interlude voix/guitare très doux, lent avant de reprendre le chemin des nuages sur un final très beau.

Shooting Gun m’a fait penser à Papa Roach en un peu plus feutré. Le riff de guitare notamment sur les couplets m’ont fait penser à Last Resort. Après, sur le refrain, on tombe un peu plus dans un punk énergique. J’avoue que ce n’est pas mon morceau préféré.

Par contre, j’ai beaucoup aimé Balls To The Wall et la patate du riff ainsi que Soulmate pour la mélodie à la guitare acoustique.

En écoutant Soulmate et cette mélodie acoustique avec le duo voix/guitare, on a un peu l’impression d’écouter du Oasis. Mais cela reste très bon, d’autant plus quand la basse et la batterie rejoignent à mi morceau pour une ambiance rock’n roll peace.

Le final monte tout doucement en puissance, la saturation de la guitare et les breaks de batterie (les phrasés de batterie cassant la rythmique à coup de roulement et de coups de cymbales s’appellent des breaks) assure bien.

Conclusion :

Un album qui envoit, qui a de très bonne qualités d’écriture. Les mélodies sont très efficaces et sonnent bien. On a tout le temps la tête qui oscille de haut en bas en écoutant l’album.

Deux petits coups de coeurs : Dive et Soulmate. Ils sont aux antipodes mais montrent toute la qualité musicale de Dope Oüt et résument bien l’expérience d’écoute de l’album : un petit coeur qui bat derrière un torse velu de rockeur.

A écouter avec un fut de bière à proximité.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/14999183?utm_source=deezer&utm_content=album-14999183&utm_term=7126184_1488317324&utm_medium=web

Spotify : https://open.spotify.com/album/2pqJTtbxgddcTM1FmEwZhu

Facebook : https://www.facebook.com/Dopeout/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire