DurdN / The Muddy Rift

durdn

DurdN signe son premier album : The Muddy Rift (la crevasse boueuse traduit littéralement). Un quator français jazz teinté de rock. Ce mélange fusion m’attire….

Un petit tintement d’Incubus, en plus technique, les morceaux s’enchaînent allant de surprise en surprise.

La voix de Laurene claque vraiment. Tantôt sensuelle, comme sur Wrinkles, tantôt montant en puissance et colère comme sur Hard Life Of A Monkey ; elle sait jouer de tous les registres.

Les musiciens ne sont pas en reste : la basse et ces parties montrent tout de suite le groove et la technique de Shob (il a pas de nom??? ou c’est Juste Shob?) comme sur Candie Newbie ou Boiling Point.

Tony à la guitare balance des riffs rocks ou jazzy toujours efficaces. Certains solos, introduit avec parcimonie dans les morceaux donnent vraiment une valeur ajoutée au morceau. Boiling Point est super efficace par exemple. J’adore, c’est très jazz/rock. Les arrêts suivant le chant donne une énergie au morceau.

La batterie accompagne le tout avec précision et rigueur. Charlelie passe de la rythmique rock au son plus feutré ou groovy du jazz avec une telle facilité que c’en est énervant pour un batteur amateur comme moi. Face On The Wall et ces ghosts notes (notes plus faible, moins forte si vous préférez, introduites dans le morceau pour appuyer un groove) exprime parfaitement mes propos.

Revenons sur Boiling Point. Un morceau de prime abord très fusion jazz/rock qui à mi-chemin bascule dans un rap bien envoyé. Puis le groove jazz/rock reprend le dessus avec l’arrivée des cuivres et d’un léger question/réponse (deux solistes se la mesurent) de saxo et trompette superbe.

J’aime tout particulièrement le riff (la mélodie pour les non initiés ou ceux qui me rejoignent) rock de The Versus. La saturation est propre, la voix rock comme il faut, ni trop énervée, ni trop chaleureuse. Le solo de guitare au milieu claque carrément et reste dans l’esprit du morceau.

The Muddy Rift est ma petite déception. c’est l’introduction de l’album et c’est dommage car j’aurai pu passer à côté du reste de l’album. L’intro est sans grand intérêt musical, privilégiant l’ambiance, un peu Dire Straits. Ce qui n’a, à mon avis, rien à voir avec le reste de l’album.

Hybird sort un peu du lot. Tony joue avec sa guitare pour donner une mélodie très aquatique. C’est très rigolo et le morceau sert un peu d’interlude.

Conclusion :

Des morceaux très rock, une pointe de jazz qui donne un groove excellent aux compositions. Hormis The Muddy Rift (l’intro), et Hybird (qui est un interlude évitable), tout est bon.

Les morceaux sont assez sombres, seul la positivité de la chanteuse, Laurene semble éveiller l’espoir dans l’univers noir de l’album (comme pour Mocean, qui la met vraiment en colère).

DurdN : The Muddy Rift s’écoute facilement, et avec beaucoup de plaisir. A écouter avec des amis, avec une bonne bouteille de vin (château Maucaillou 2009 ou 2010 est un bon choix) et c’est de leur région.

Deezer : http://www.deezer.com/album/12308172?utm_source=deezer&utm_content=album-12308172&utm_term=7126184_1456423221&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/2ocBw1HhfK8BqwbTRRLr3r

Facebook : https://www.facebook.com/durdnmusic/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une réflexion au sujet de « DurdN / The Muddy Rift »

Laisser un commentaire