Endless Sundown / Make Sense

Endless Sundown est un groupe de rock lyonnais. Leur univers est parsemé de poésie et surtout de rock fort. Ils sortent leur deuxième EP, Make Sense et tout leur univers prend du sens…

Ce quatuor ne veut pas se prendre la tête ni rentrer dans telle ou telle case musicale. Ils jouent pour eux et le font bien.

Down The Rabbit Hole et son analogie au lapin d’Alice au Pays des Merveilles est le premier morceau de l’EP et non le moindre.

La guitare son claire de Vic nous assène une mélodie aérienne, sublime, fantasmatique (j’adore ce mot). On ferme les yeux et on écoute la voix chaude de Barth Sky et la guitare nous entraîner au pays des merveilles. La basse de Julien Mailland et la batterie de Djay amènent une rythmique très lourde, en place, rattachant l’auditeur à la réalité. Et c’est là que le refrain s’accélère et nous envoit dans les cordes. Un riff de guitare énorme, saturation à l’appui, rythme accéléré et chant énergique et énervé en sus.

Mon morceau coup de coeur dès le premier morceau. C’est suffisamment rare pour le noter.

Dirty Feet accélère le mouvement avec un énorme son de basse saturé bien gras et une rythmique de batterie à 200km/h. Le morceau est du pur rock énervé. Les interludes entre refrain et couplet sont géniaux, mettant en avant la voix colérique et la basse baveuse de Julien.

A Need m’a moins accroché. Un bon rock avec une belle mélodie, la voix de Barth à la fois chaude, assurée et percutante par moment, mais il manque un petit quelque chose. Je ne saurais dire quoi pour en faire un hit. Peut être que cela vient du solo de guitare un peu trop crade et manquant d’être incisif sur la fin du morceau.

Homeless m’a fait penser à System Of A Down. Cela vient surtout du choeur de Vic , le guitariste sur l’intro, ainsi que de la façon de chanter, plus posée, plus dans les harmoniques. La comparaison s’arrête là car le morceau est beaucoup moins agressif que pourrait l’être une chanson des arméniens. Le son se densifie sur le refrain avec un riff très pêchu et une voix superbe.

Come (B)ack amène un côté plus sombre pour finir l’EP. Une voix plus triste, une mélodie plus froide, la voix presque pleurante sur le couplet est prenante. Le riff à la basse et guitare nous plonge tout de suite dans cette mélancolie qui entoure le morceau.

On se reprend à mi-morceau avec une nouvelle énergie qui intervient, comme une colère, un refus de se laisser aller, un grand retour sur le ring. On alterne alors entre tristesse, comme supportant le poids du monde et colère explosive pour refuser cet état de fait.

Seul bémol, toujours le solo de guitare un peu faible et en deçà du reste du morceau.

Conclusion :

Un beau et bon deuxième EP. Make Sense porte bien son nom, l’univers du groupe est bien compris et mise en place. L’énergie du groupe et ces mélodies sont superbes et très bien pensées. Une seule chose, pour moi, est à améliorer : la qualité et musicalité des solos de guitares. Cela manque un peu de technique et bien souvent le son utilisé n’est pas, je trouve, approprié au morceau. Un son peut être plus clair, plus tranchant aurait été mieux perçu par l’auditeur.

Globalement, j’ai adoré cette découverte et m’attends à encore mieux et encore plus sur le prochain Endless Sundown car ils sont encore capable de monter comme en témoigne Down The Rabbit Hole.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/41001501?utm_source=deezer&utm_content=album-41001501&utm_term=7126184_1494451325&utm_medium=web

Spotify : https://open.spotify.com/album/2GCAhLztYTJpzjyEpLbOn0

Facebook : https://www.facebook.com/endlesssundown/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire