Escondido / Walking With A Stranger

escondido

Deuxième album d’Escondido, Walking With A Stranger est l’histoire d’une amitié,d’une intimité et d’un besoin de liberté. L’histoire de ce duo américain, le tout sur un rythme folk.

Walking With A Stranger est le paradoxe que veulent raconter Jessica Maros et Tyler James. A force d’être tout le temps ensemble pour la musique, ils ont eut besoin de s’éloigner pour mieux se retrouver. “Marcher avec un étranger” correspond à leur état d’esprit : marcher à côté de quelqu’un qui n’est pas vraiment là, qui est ailleurs. Et aussi l’envie de voir d’autres personnes, d’autres choses.

Les morceaux sont mélancoliques, les musiques sont folk et la voix est tendre, triste et belle.

Prenons Try, une très jolie ballade qui parle de l’amour perdu. Une envie de partir, même si çà fait mal, de l’envie de passer cette tristesse pour continuer sans l’autre.

Le tout sur une musique, une guitare folk et une électrique aérienne, très lente, sensuelle. La trompette amène même comme un pleur derrière le chant de Jessica. C’est très calme, on est sur la résiliation plus que sur la colère dans la relation.

J’aime beaucoup l’intro de Footprints. Un solo de trompette pour lancer le morceau, puis les guitares et la voix viennent prendre la relève. On se sentirai presque dans un Western Spaghetti, Ennio Morricone en tête. Les sonorités nous emportent dans les contrées désertiques, froides la nuit. La voix enlève toute l’hostilité de cet univers pourtant. On se sent rassuré.

Heart Is Black me fait penser aux Cardigans, de la belle époque j’entends. Une envie de liberté, la route sans fin, la voiture seule au milieu de nulle part sans connaître la destination. J’adore ce morceau, je voyage.

Et toujours cette voix douce, chaude, reposante qui nous transporte sans difficulté.

Escondido est une ville de Californie. On peut y voir les zones encore asséchées d’une région non loin du Mexique, la chaleur du sable chaud de l’Océan Pacifique et la verdure des terres proches du Cleveland National Forest.

L’album est un peu pareil : la douceur de la voix, la chaleur des mélodies et la mélancolie des morceaux, asséchée à force de pleurer.

Escondido veut aussi dire caché en espagnol. Ce fut un peu comme la réalisation de cet album : en hibernation (dixit Tyler James), reclus entre eux pour extraire ce qu’ils voulaient dire.

Conclusion :

Un album tendre, triste mais pas dans les mélodies ; uniquement dans les textes. Un album reposant, plein de charme. Vu la migraine que j’ai depuis 24 heures, c’est salvateur.

A écouter sur la route, entre amis, du moment qu’on prend le temps de profiter de l’album. S’écoute d’une traite (même si j’écoute facilement plusieurs fois Heart Is Black).

Deezer : http://www.deezer.com/album/12161738?utm_source=deezer&utm_content=album-12161738&utm_term=7126184_1455736544&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/4LcI0UJmkd717mGgygsIfx

Facebook : https://www.facebook.com/Escondidoband/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire