Everything Everything / A Fever Dream

Everything Everything est un groupe de pop anglais. Originaire de Manchester, le quatuor sort son 4ème album : A Fever Dream. Un rêve éveillé noir qui fait penser à ces rêves très proches de la réalité dont on ne sait s’ils sont ou vrais ou faux. L’album est vrai lui, sa musique aussi, enfin je crois…

Cet album fait suite à Get To Heaven qui s’est classé en 2015 dans le TOP10 des charts anglais.

Les quatres musiciens sont : Jonathan Higgs (chant principal et guitare), Jeremy Pritchard (basse, piano, chant), Michael Spearman (guitare, piano, chant) et Alex Robertshaw (batterie, piano, chant).

Vous l’aurez compris, ils chantent tous, jouant les choeurs derrière la voix lente et suave de Jonathan.

Night Of A Long Knives (la nuit des longs couteaux). Bien loin de l’épisode de la destruction des S.A. du régime nazi par les S.S., on est plus sur le parallèle avec la destruction par le mensonge des politiques. Ils promettent des choses et font le contraire.

Le morceau est très froid, nocturne, la mélodie est belle, envoutante et les voix sont puissantes et prennent aux tripes. Le morceau est rapide accentué par la batterie et les notes de synthés. Le morceau joue un peu le rôle de compte à rebours avant la destruction, la bombe politique explosant au coeur de la ville pour pouvoir reconstruire ensuite.

Can’t Do continue dans cet univers nocturne. Le morceau affiche toujours cette idée de rapidité de jeu. En fait, ce sont toujours les batterie et synthés qui jouent vite alors que le chant (hors sur le refrain) et les guitares/basse jouent plus lentement des notes traînantes mêmes.

Le refrain entre facilement en tête jouant à merveille le morceau brit-pop qui s’écouter sur toutes les radios.

Personnellement, j’ai adoré mo. La voix haute de Jonathan accentue l’énergie du morceau. Le morceau est très dense. Les choeurs et les guitares installent cet univers dense alors que la mélodie n’est pas sans rappeler U2. C’est aussi un morceau beaucoup plus chaud, plus solaire que le reste des morceaux. Morceau coup de coeur.

J’adore aussi Good Shot, Good Soldier et son ambiance très feutrée. On reprend un univers très nocturne, très froid mais cette fois avec une rythmique moins rapide. L’ambiance s’installe énormément sur le refrain avec les sonorités très sombres et lentes de la basse et des guitares.

Les choeurs en canon sur la fin du morceau ajoutent à ce côté très triste du morceau.

A Fever Dream m’a fait penser à l’univers de Depeche Mode. Un son électro très présent ajoutant une part de douce mélancolie au morceau. Une répétition dans les notes de synthés et une fausse lenteur de la mélodie qui nous transporte dans un rêve chaud et sombre à la fois. Pas un cauchemar, juste un rêve qu’on oublie en se réveillant peu à peu avec une légère sensation que c’était peut être vrai.

White Wale finit l’album avec comme un sentiment d’influence de Muse. Cela vient sans doute de la guitare à la saturation sur-aigüe. Le morceau est très lent, prenant une douceur très agréable. On se laisse transporter par les vagues du synthé et de la voix jusqu’aux notes finales.

Conclusion:

Une belle surprise qui m’a pris du temps à apréhender et aimer. Après 4 ou 5 écoutes de quelques morceaux, je cherchais encore si j’amais ou non ce que j’écoutais et si je pourrais en dire quelque chose. Puis tout est venu d’un coup avec le reste de l’album. C’est un bel album dans lequel on s’engouffre avec plaisir, se laissant plonger dans la douce obscurité des morceaux, sans peur, sans crainte. Juste du plaisir.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/46037352?utm_source=deezer&utm_content=album-46037352&utm_term=7126184_1503566914&utm_medium=web

Spotify : https://open.spotify.com/album/3HgJKevoR2WowpaGSbT37z

Facebook : https://www.facebook.com/EverythingEverythinguk/?ref=br_rs

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire