Extreme / Pornograffitti

extreme

Je vous ai tellement parlé d’Extreme et de son jeu de guitare, son son si particulier que j’étais obligé de vous en parler avec l’album éponyme d’Extreme : Pornograffitti.

Cet album est sorti en 1990. Il s’appelle en entier Extreme II : Pornograffitti car ce fut le deuxième album du groupe.

Le son a un peu vieilli, on est sur du hard rock années 90.

Cependant, beaucoup de guitaristes n’arrivent toujours pas à la cheville de Nuno Bettencourt. C’est leur deuxième album et pour les fans d’Extreme, c’est un album avec leurs titres phares.

Entre Decadence Dance et son solo juste génialissime. Le refrain où Nuno (le guitariste), Pat Badger (le bassiste) et Gary Cherone (le chanteur) chantent en chœur « Decadence Dance, Dance ». C’est énorme et cela rappelle une époque où le hard rock se dansait.

Où encore Li’l Jack Horny et sa mélodie très blues à la guitare. La mélodie est très travaillée, complexe ; c’est d’ailleurs la seule chose qui la distingue d’un rythme blues classique. Il faut l’entendre en live (j’ai eut cette chance) pour comprendre toute l’énergie de ce morceau. Notamment le taping à la guitare (le fait de taper avec le doigt sur les cordes pour donner une sonorité saccadée et très rapide) au milieu du morceau, j’en ai des frissons rien qu’à y penser.

L’intro à la basse de Get The Funk Out est elle aussi mythique même si le reste du morceau ne l’est pas. On est sur du Rock FM années 90 avec des musiciens énormes.

Mon morceau préféré est More Than Words. Une ballade comme on en fait plus à la guitare acoustique et voix. La mélodie est simple, douce et belle. La voix de Gary se marie à la perfection avec l’acoustique. Le nombre de fois où j’ai chanté cette chanson dans ma jeunesse avec un pote guitariste (Nico, souviens toi). Les chœurs là aussi jouent un rôle très important, donnant de la densité au morceau.

Le solo de Money, un morceau là aussi très dansant, très rock me donne encore le frisson. Ce qui le différencie des autres morceaux FM classiques, c’est la complexité de la mélodie à la guitare. Le reste est très convenu mais la technique des musiciens ont fait que ce morceau est culte pour les fans comme pour les rockeurs avec un minimum de culture musicale.

It’s A Monster est en quelque sorte l’hymne d’Extreme. L’intro avec la distorsion  qui envoie le morceau. Le refrain chanté en chœur « It’s a Monster », la guitare agressive (pour l’époque j’entends) et comme toujours le solo de guitare époustouflant, la descente de manche du Nuno en sweeping (une descente de manche de bas en haut et de gauche à droite en gardant le même sens d’attaque au médiator, c’est à dire qu’il ne fait pas d’aller et retour mais juste un aller), le passage en son saturé léger avec la basse en duo. Tout est énorme.

He-Man Woman Hater est un des solo de guitare les plus impressionnants et les plus rapides. Vu qu’au début, on entend une mouche voler, on appelle aussi ce morceau le vol du bourdon. La technique de Nuno est mise à rude épreuve dans ce morceau et il s’en sort avec brio. Là aussi en live, on tombe littéralement sur le cul tellement cela lui parait simple. La batterie sert de métronome pour montrer la rapidité d’exécution. Le reste du morceau est moins intéressant, même si c’est un des morceaux les plus hard de l’album.

Conclusion :

Un album qui a vieilli niveau son, mais pas niveau technique. Extreme reste une référence pour beaucoup de musiciens, notamment des guitaristes. Dire que Nuno Bettencourt, ce guitariste de génie, est aujourd’hui guitariste officiel de Rihanna, rien ne va plus.

Un album à écouter avec des trentenaires, voire des quadra, ou encore des musiciens qui reconnaîtront la qualité technique.

Deezer : http://www.deezer.com/album/160567?utm_source=deezer&utm_content=album-160567&utm_term=7126184_1461274836&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/6ooTaAyanCoC3TytYtJbi2

Facebook : https://www.facebook.com/extremeband/?fref=ts

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire