Five Finger Death Punch / And Justice For None

Après des déboires personnels dû à son tempérament très enflammé et ces problèmes d’addictions : attention gros poids lourd en vue ! Nous partons ce jour à la découverte du 7e opus de Five Finger Death Punch : And Justice For None.

Si je n’ai jamais plus été fan des précédents album je dois reconnaître que sur scène ils m’ont toujours impressionné par l’énergie et la puissance qu’ils dégagent.

Nous célébrons donc avec ce And Justice For None le retour d’Yvan L. Moody pour cet album (il revient d’une petite cure de desintox dû à une trop forte relation fusionnelle avec la bibine…) le titre de cet album peut évoquer plusieurs sens pouvant aller d’une référence d’allégeance au drapeau des USA ou a And Justice For All de Metallica ou encore des problèmes plutôt costaud qu’ils ont eu vis-à-vis de leur maison de disque.
cet album dans cette version Deluxe est de 16 titres (13 pour la version de base).

Ce nouvel opus plutôt homogène est une démonstration pour autant de diverses courants que l’on retrouve dans les compositions du groupe allant d’un métal binaire dont ils ont le secret à des morceaux plus dans l’univers du progressif tout en claquant des balades tout à fait en capacité de passer sur les grandes ondes! Ce point peut s’avérer un peu déconcertant, on dénombre pas moins de 5 morceaux qui sont des balades loin des bases du groupe ou de ce que l’auditeur peut attendre …

Les soucis sérieux qu’a pu avoir notre Ivan avec ses addictions et donc cette longue cure de désintox nous confère des textes sur la très très grande partie de l’album entièrement consacrés à sa repentance, ses tergiversations, réflexions.
Les titres sont d’ailleurs évocateurs : Bad Seed, Trouble, Fake, I Refuse, Stuck In My Way… notre garçon est perturbé!

Soulignons au passage la qualité de son élocution et n’étant plus un anglophile complet je dois reconnaître que ces paroles sont facilement compréhensibles et au-delà du talent de la personne, sa voix et sa technique sont largement à souligner.

Cet album se lance donc avec quatre titres d’affilé qui mettent un coup de poing dans la gueule (sans faire de jeu de mots foireux! quoique).

J’ai un faible pour Trouble. Un refrain qui reste bien, un rythme hyper puissant avec des solos assez précis.
Les trois morceaux qui suivent sont dans la même veine, en remarquant au passage l’introduction sur Sham Pain qui a un rythme vraiment hyper intéressant et qui sort des sentiers battus même si le reste du morceau retombe sur quelque chose de classique.

Fire In The Hile se veut un pur produit de la maison, dans la continuité de ce qu’ils ont toujours pu faire. ça fonctionne très bien sans être original, si ce n’est les “ho ho” sur le refrain qui donne un côté chant de pirates très entraînant.

On entre dans une phase alternant ballade plus ou moins reussis et morceaux entrant dans les classiques de FFDP (Five Finger Death Punch) : I Refuse, It Doesn’t Matter, When The Season, Stuck In My Ways.

I Refuse est sans doute la balade a retenir sur cet album : voix hyper propre (qui me fait d’ailleurs un peu penser à ce qu’ aurait pu faire le chanteur de Disturbed), superbe très beau solo en guitare acoustique… une très belle composition!

Et on repart sur de la brute épaisse avec Rock Bottom, morceau le plus violent de cet opus. le titre porte bien son nom il y a un côté très marrant sur le premier couplet voix batterie : on a un peu envie d’arracher les appuie-tête de son siège quand on est en train de rouler!!!

Sur la version étendue, Bad Seed est très solide et Save Your Breath conclut parfaitement à tel point que c’est un de mes titres préférés. Elle a tout! c’est lourd,il y a du riff, le refrain déchire avec des notes mineures. Un super titre !

Conclusion :

En synthèse c’est vraiment très très solide. Le statut de grosse machine est totalement assumé. On comprendra à travers la critique que je peux apporter à cet opus que je regrette cette alternance de morceaux brutaux/balades sur la deuxième partie de l’album qui au risque de ne pas être heureuse, peu faire un peu stéréotypé voir du remplissage. Mais c’est totalement effacé par de très nombreux morceaux honnêtement très bien composés. Le guitariste Zoltan Bathory, riche dans les arrangements, est costaud dans des solos tout en étant plus précis que ce que j’en ai avais connu jusqu’à alors.
La voix  d’Ivan est totalement déroutante avec des refrains qui se retiennent très facilement et qui j’en suis sûr trouveront leur plenitude sur scène.

Cet album est donc vivement conseillé!

Nico

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/58642712

Spotify : https://open.spotify.com/album/2IA9d7atwNgtiS6Tpv9WKt?si=X6MMVMswRF-w2O09mLG1fQ

Facebook : https://www.facebook.com/fivefingerdeathpunch/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.