Foo Fighters / Concrete And Gold

Après une pause qui aurait dû être plus longue et moins fructueuse puisque le groupe avait décidé de faire une pause), le grand Dave Grohl n’a pu s’empêcher de composer vraisemblablement la quasi entièreté de ce nouvel album des Foo Fighters : Concrete And Gold.

Je reste toujours dans une certaine angoisse avant d’écouter un nouvel album de Foo Fighters car à l’instar de nombreux groupes confirmés avec de longs kilomètres au compteur, la capacité à composer, à se renouveler ou à rester fidèle à ce que l’on était n’est pas chose aisée.

L’album s’ouvre sur T-shirt chanson intro à la durée courte comme il avait déjà eu recours sur l’album Nothing Left To Loose.

J’apprécie beaucoup son côté aérien de ce que l’on pourrait appeler le refrain. il y a des notes en mineur, chose devenue rare chez les Foo. c’est flatteur à l’oreille.

On enchaîne sur Run, titre à l’intro assez imparable dans la veine de ce que sait composer Dave Grohl. Avec un refrain assez dense, elle devrait très bien fonctionner en live avec le public. A voir cependant si, au bout de nombreuses écoutes, le charme agit encore ?

Make It Right est intéressante et sort des sentiers battus. Elle me rappelle furieusement Have A Cigare (face B des Foo Fighters que mon vieux pote Sotofu m’avait déniché à l’aube des années 2000). Elle s’enchaîne bien avec un pont au riff intercoupé d’un chant répétitif sympa (celle de Justin Timberlake, méconnaissable).

The Sky Is A Neighborhood est un titre qui me laisse perplexe. C’est le single qui est mis en avant pour cet album mais il n’y a pas de rythme. C’est un peu lancinant. Elle ne m’accroche pas mais d’autres s’y retrouveront peut être … Ça sonne pas comme du Foo Fighters.

La Dee Da, (à ne pas confondre avec l’Aziza comme dit ma femme) empreinte quelques sonorités à Weenie Boogie (titre sur l’album éponyme) avec un son et une voix ultra saturée. La cadence est entraînante et le chant fonctionne bien.
C’est un bon titre sans être exceptionnel.

Dirty Water est une chanson que l’on pourrait qualifier de « Beach Boyenne ». Le soleil est là! un air sympa dans ce que Dave Growl sait composer à la folk. Elle se révèle plus incisive par la suite mais reste tout de même un peu guimauve à mon goût.

Arrows présente un couplet intéressant avec un refrain très saturé on distingue bien les trois gratteux qui enrichissent bien la mélodie principale. Un pont n’aurait pas été de trop toutefois.

Happy Ever After, tout à la folk est mélancolique et revêt une certaine profondeur. on y retrouve enfin quelques solos. Elle aussi a clairement un côté Beach Boy.

The Line est une de mes préférées de cet opus. Même si elle est très positive et un peu acidulé, j’aime bien ces notes à la The Edge (guitariste de U2) qui tranche bien sur les intro/ couplet.
Le refrain relativement invulnérable se repose sur un riff délié et pour une fois pas que sur le chant de Dave Grohl.
Elle marche bien et est richement orchestré en studio (notamment avec les notes en mineur du piano qui cessent le rythme avec justesse).

Concrete And Gold est le dernier titre et du type de ce qu’a souvent aimé faire Grohl avec un morceau un peu hors jeu qui referme doucement cet opus. On dirait une chanson en fondu sur un vieux vinyle où l’on entend le diamant gratté sur la zone noire inlassablement à la fin…
On ne peut pas la sortir du contexte de l’album puisqu’elle est faite justement pour ça.

Conclusion :

C’est un album très correct avec, aux deux extrémités du bon niveau.
A noter que Paul Mac Cartney fait une apparition à la batterie sur Sunday Rain.
Peut-être que si Dave Grohl avait su trouver un peu plus de satiété et de patience, l’album aurait pu mieux se tenir car vous l’aurez compris il contient un ventre mou. Je sais, cependant que ceux qui sont restés ultra fan des Foo Fighters y trouveront leur compte. À découvrir.

Nico

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/47700252

Spotify : https://open.spotify.com/album/6KMkuqIwKkwUhUYRPL6dUc

Facebook : https://www.facebook.com/foofighters/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une réflexion au sujet de « Foo Fighters / Concrete And Gold »

Laisser un commentaire