Genesis / We can’t Dance

genesis

Genesis fut un bon groupe de jazz et lorsque Peter Gabriel est parti du groupe en 1975 pour faire sa carrière solo, Phil Collins reprend le flambeau et exerce un tournant dans le groupe pour faire de la pop. We Can’t Dance fur l’album que j’ai écouté en boucle quand je devais avoir 12 ans (en 1991 lors de sa sortie en cassette). Je veux vous le faire partager.

Cet album est aussi un album où tous les morceaux sont cultes. Phil Collins était à l’origine du groupe le batteur. Il a pris le chant ayant la même tessiture de voix que Peter Gabriel et un talent d’écriture sans pareil. En témoigne cet album.

No Son Of Mine pour commencer. Une intro au synthé et à la guitare très sombre, comme une alarme qui retentit dans l’obscurité. La voix grave de Phil Collins apparaît et le morceau part dans un pop/rock très bien envoyé par la batterie et la guitare. Le morceau paraît plein d’espoir au fur et à mesure de son avancement et pourtant les paroles prouvent le contraire.

Le morceau parle d’un enfant qui apprend par la bouche même de son père que ce n’est pas son fils. Le rejet du père, l’envie d’être aimé et de trouver sa place.

Ce morceau est très dur et malgré tout très beau.

Jesus He Knows Me, un grand classique de Genesis. Un morceau sur le télévangélisme qui se développe sur les chaînes américaines et la colère de Phil Collins vis à vis de cela.

Il prend la place du prêcheur à la télévision vendant sa religion, ou plutôt lui. Si vous croyez en Dieu, vous croyez en moi (sous entendu). D’où sa colère de vendre une idée de la religion à travers les médias.

Le morceau a un riff de malade, le rythme est très rapide. Le morceau va très vite, les guitares chuchotent leurs notes car c’est la batterie et la voix qui ont le premier plan. Le synthé est là pour appuyer sur le second couplet et les couplet suivants, apporter de l’ironie au morceau.

On arrive sur I Can’t Dance. Le morceau que je peux écouter en boucle sans me lasser à l’infini. Le morceau très rock met l’accent sur la guitare électrique de Mike Rutherford. Le riff est reconnaissable parmi des milliers y compris pour les non musiciens. On se rappelle de la danse de Phil Collins et ses acolytes avançant les uns derrière les autres.

Il ironise ici sur le fait qu’il ne sait pas danser, au moment de l’arrivée sur les ondes des premiers morceaux de techno.

Dreaming While You Sleep a un petit côté world music. Cela vient des percussions jouées par Chester Thompson et Phil Collins. La guitare et le synthé apportent ce côté moderne alors que les percussions nous entraînent au milieu de l’Afrique. Puis à la moitié du morceau, on part complètement dans un univers pop/rock. La voix, la guitare et la batterie reprennent le dessus. On retourne ensuite dans la world music jusqu’au dernier tiers du morceau où le rock revient pour le grand final.

Côté parole, il parle d’un homme s’endormant au volant (d’où le fait de rêver pendant que l’on dort) et qui tue une personne. Il raconte comment il essaye de vivre avec les mensonges et son souvenir sans y parvenir.

Il y a aussi Hold On My Hearth. Même si je n’aime pas ce morceau pour des raisons qui m’échappent, cela reste un grand classique. Le synthé est très présent et donne un côté aérien, comme une rêverie.

Since I Lost You est une formidable déclaration d’amour. Evidemment, c’est au moment où il perd l’être aimé, qu’il s’en va, qu’il chante cela. Le synthé donne une mélodie très douce, tendre. La voix de Phil Collins est magnifique. Mike Rutherford se fend même d’un petit solo de guitare à mi morceau. Les choeurs sont superbes sur ce morceau et donnent une toute nouvelle dimension au morceau, comme un cri qui retentit et fait echo.

Fading Lights est un morceau écrit par le claviériste du groupe Tony Banks, d’où la prédominance du synthé et même son solo, et sous entend le départ de Phil Collins du groupe. Comme une chanson d’adieu (en effet, il quittera le groupe pour sa carrière solo, pour revenir en 2007 pour un tour d’honneur avec le groupe).

Conclusion :

Un album magnifique et plein de sens. A écouter encore et encore. Genesis n’a pas vieilli, c’est toujours un très bon groupe et un super son.

Deezer : http://www.deezer.com/album/302794?utm_source=deezer&utm_content=album-302794&utm_term=7126184_1462913762&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/2WFkJi4USarY1qe3yjifjG

Facebook : https://www.facebook.com/genesis/?fref=ts

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire