Gregory Porter /Take Me To the Alley

gregory porter

Voici le 4ème album de Gregory Porter : Take Me To The Alley. Un véritable crooner jazz dans l’esprit de Marvin Gaye ou encore de Billie Paul.

Il est aussi fan de Nat King Cole (il jouera le rôle du musicien au théâtre, sa deuxième passion). Il a une voix grave très reconnaissable et des musiciens fantastiques qui le suivent pour mettre en place son univers jazz.

Vous aurez sans doute déjà entendu Don’t Lose Your Steam. Un morceau très jazz funk. Le clavier est très présent et instaure cet univers funky avec le batteur de belle manière. Les cuivres (trompettes et saxo) finissent d’alimenter le morceau avec cette touche de jazz très 60’s. Sa voix est positive et chaleureuse. On pourrait presque l’entendre sourire quand il chante.

Le morceau est très bien écrit, efficace, technique et plein de petites notes qui donnent vraiment un esprit jazz, improvisé au morceau.

Holding On est mon morceau préféré (et c’est le premier). Une ballade jazz chaude, sensuelle. Le côté Marvin Gaye ressort beaucoup de ce morceau. La voix puissante et grave de Gregory Porter est complètement à sa place ici. Le piano et la contrebasse apportent un côté intimiste au morceau. On se croirait dans un jazz club new-yorkais un soir de décembre.

Insanity est dans le même registre. Mélodie douce et sensuelle au piano, une batterie feutrée et une contrebasse qui marque la mélodie de quelques notes. Tout est là pour une belle chanson d’amour. La voix de Gregory Porter est vraiment celle d’un grand crooner. On pourrait entrevoir un futur Marvin Gaye ou Billie Paul. La musique suit la voix, reprenant même quelques fois son rythme. Comme dans tout morceau de jazz qui se respecte, la partie instrumentale en milieu de morceau est superbe. Magnifique.

Fan The Flames est plus dans l’esprit scat. Le scat est un pan du jazz où les musiciens se lâchent autour du mélodie et d’une rythmique et le chanteur chante par onomatopée à diverses reprises. Cela donne un vrai morceau jazz à la limite du jazz où tous les instruments partent en solo. Pour les novices, cela permet d’avoir une approche de ce que l’on peut voir en live.

L’album fait douze morceaux, mais on peut retrouver des “remixes” sur l’édition deluxe sur trois morceaux supplémentaires (il y a deux remix de Don’t Lose Your Steam ce qui porte le deluxe à 16 pistes).

Sur ces morceaux, on est dans un esprit plus moderne, plus pop voir électro que jazz. Les morceaux sont légèrement simplifiés.

Comme justement Don’t Lose Your Steam qui donne un peu comme un Daft Punk ou plutôt un C2C.

A une exception, Insanity, où sur ce remix on voit apparaître la voix Lalah Hathaway pour un duo superbe, et dans l’esprit du morceau.

Conclusion :

Un superbe album jazz qui vient s’inscrire dans le giron de ceux qui l’ont inspiré. A écouter sans bémol, et avec plaisir sans discontinuer. A écouter avec l’amour de sa vie ou simplement entre amis autour d’un bon verre de vin.

Pour ma part, c’est exactement le genre de personne que j’aimerai voir en live.

Deezer :  http://www.deezer.com/album/13028818?utm_source=deezer&utm_content=album-13028818&utm_term=7126184_1465647883&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/3ZA82CJ4QIUgVvTZqYb0Ur

Facebook : https://www.facebook.com/gregoryportermusic/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire