Hacktivist / Outside The Box

hacktivist

Outside The Box est le deuxième album de ce groupe de rap-métal anglais. Dans l’esprit musical de Limp Bizkit et Cypress Hill, Hacktivist veut dénoncer le système actuel.

Hacktivist comme son nom l’indique est pour le téléchargement illégal et est un soutien du collectif Anonymous.

Le premier morceau, Our Time, est un texte lu par Marlon Hurley, le frère de J. Hurley (le chanteur rap du groupe) qui remercie de l’écoute de l’album et explique que les morceaux sont là pour ouvrir l’esprit de ceux qui les écoutent et dénoncer la manipulation des médias, religions et politiques. Liberté est le maître mot.

Deceive et Defy est un morceau pour cracher sur l’envie des musiciens d’aujourd’hui de devenir célèbre sans avoir rien à raconter. Tout le monde veut aller sur X-Factor alors qu’Hacktivist, c’est d’abord de l’écriture et une envie de faire bouger les choses, d’avoir quelque chose à dire. Le morceau est très dur. La basse 6 cordes y est pour quelque chose, donne une rudesse dans le morceau, une puissance des basses face à la guitare plus aérienne, jouant une mélodie pus douce comme une note d’espoir d’être entendu.

La voix de Ben Marvin hurle, growl sur le refrain créant le paradoxe avec J. Hurley qui rappe sur le couplet. C’est pas mal du tout.

The Storm crée une transition musicale puisque c’est un instrumental. Il fait la part  belle à la guitare et à l’ambiance, pluvieuse du morceau. Une note de douceur dans ce monde de brute, un apaisement, un moment de réflexion sous les gouttes qui coulent sur notre visage. Les notes de guitares, l’une comme l’autre, nous relaxent. Presque trop court puisqu’on retourne à la dure réalité avec No Way Back.

Ce dernier est une critique de la politique anglaise, de la société aussi. Ils affirment que la société va dans le mur, ne faisant rien pour les choses qui ont vraiment de l’importance (en outre l’écologie dans le morceau) préférant se complaire dans leur pouvoir et leur béton.

Le tout sur un gros son métal avec toujours cette basse prédominante, mais cette fois ci la guitare saturée l’accompagne et envoi un riff à la Limp Bizkit (de l’époque Three Dollar Bill Ya!, leur premier album). La mélodie est lourde, et met en avant le chant rap sur le couplet, sobre pour monter en puissance sur le couplet et donner toute la rage du groupe.

On continue et voici Outside The Box, le morceau titre. Un remerciement à leur aventure musicale. Le fait qu’ils fassent le tour de l’Europe avec Korn (je dirais la même chose, çà doit être génial), qu’ils font ce qu’ils aiment, à savoir de l’art. Sortir de la boîte (outside the box traduit) est l’expression de sortir d’Angleterre, de sortir de l’anonymat, de sortir leurs textes au monde entier ; de montrer leur art au delà des frontières.

Le morceau est très calme, la guitare joue quelques notes entêtantes, la batterie un rythme feutré et un arrangement électronique donne une ambiance très aérienne, comme survolant leur parcours musical depuis 2011. On envoie les guitares électriques à mi chemin, mais toujours dans une lenteur et une douceur. Tim Beazley (le guitariste) se permet même un léger solo, très cool et de bon ton dans ce morceau positif et accueillant.

Conclusion :

Un album très cohérent, les textes sont très travaillés, les musiques bien que simples sont puissantes et se mettent au service du texte. Enragé quand il faut, calme quand il faut. J’aime beaucoup Hacktivist. C’est un groupe avec un vrai univers et qui mérite d’être un peu plus connu hors Royaume Uni. Du fait des textes et arrangements électro, les morceaux ne sont pas répétitifs.

A écouter quand on veut dénoncer le système, pour se défouler et headbanguer (remuer la tête de haut en bas).

Deezer : http://www.deezer.com/album/12446410?utm_source=deezer&utm_content=album-12446410&utm_term=7126184_1457388545&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/0jJ8cZt5sr4wE8vhDZ49X4

Facebook : https://www.facebook.com/Hacktivistband/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire