Hey Life / Masquerade

Hey Life est un groupe de rock parisien. Inspiré par les années 90, par le groove des groupes de cette époque, le groupe a à coeur de tout donner sur scène. Les 5 garçons franchissent une nouvelle étape en sortant un premier EP : Masquerade, avant de le defendre sur scène.

Au travers de ses compositions, le groupe aborde la thématique de l’humain derrière les apparences. Entre ironie et métaphore, les compositions approchent différents thèmes tels que la superficialité, l’amour ou encore l’addiction aux réseaux sociaux.

Likeholic envoie un pop rock au riff très efficace. Petit clin d’oeil au jeu de basse très groovy rappelant les groupes pop, funk et rock des années 90 (Mickael Jackson en tête).
Likeholic fait bien sur référence à l’addiction aux réseaux sociaux par l’envie d’avoir toujours plus d’amis, plus de likes sur ces publications, de pouces bleus sur ces videos.

On retrouve ce groove typique années 90, (plutôt penchant Prince cette fois) sur Here’s The Thing About Lilith. Le jeu de basse, au son claquant, soutenu par une base rythmique à la batterie très groovy amène un morceau très punchy. Lilith fait référence ici, non pas à la première femme d’Adam, mais à la succube, démon connue pour charmer les hommes pour mieux s’en nourrir.

J’aime tout particulièrement Weird Day. Entre riff énergique et sonorités électro pour amener de la densité et une certaine tension au morceau, Weird Day est percutant et plutôt festif. Composé pour le live avec de silences, une montée et une intensité typique des concerts, c’est sans doute le single de l’album.

One More Dollar est écrit dans le même esprit, pour le live, avec des choeurs, un son beaucoup plus compressé, mais avec moins de succès. Le morceau n’est pas mauvais, loin de là mais les ficelles utilisées (choeurs, compression du son pour donner l’impression d’une lourdeur dans le jeu) fait un peu ressassé.

Love Riddle finit l’EP sur un moins bien. Le moins bon morceau de l’album, entre chanson à la Linkin Park faussement énervé et chanson d’amour. Bof.

Conclusion :

Passons sur la fin de Masquerade qui mérite d’être oublié pour ne garder que le meilleur : une énergie, un jeu de basse, un groove indéniable et globalement un très bon premier EP qui appelle une tournée et un album pour confirmer.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/80900812

Spotify : https://open.spotify.com/album/4uTFIkj0N5G8bVa9q66Svx?si=Ag1TOI5eSU-H7GCVh9yiKw

Facebook : https://www.facebook.com/heylifeofficial/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.