Interview Evenline 2016

Evenline fait parti des groupes que je suis depuis que j’ai commencé le site Cabaneariff. Ce fut donc un privilège que d’écouter leur album, In Tenebris, qui sortira le 20 Janvier. Cerise sur le gâteau (ou sur Groupama, au choix), j’ai pu interviewer les membres du groupe. Un retour sur le groupe, l’album et l’avenir d’un groupe qui, comme l’araignée, monte, monte, monte.

Evenline-Band-HD-2

Cabaneariff : Bonjour Evenline, je suis ravi que vous répondiez à mes questions.

Tout d’abord, parlons un peu du groupe. Cela fait 6 ans maintenant depuis votre premier EP (The Coming Life). Comment vous sentez vous ?

Aarno (le chanteur) : On se sent bien. Prêt pour la sortie de notre deuxième album !

Cabaneariff :  Pourquoi Evenline comme nom de groupe ?

Aarno : On voulait un nom « inventé » pour ne pas avoir la mauvaise surprise d’apprendre un jour qu’un groupe du même nom commence à bien marcher. Devoir changer de nom en cours d’émergence, c’est compliqué…

Evenline est un jeu de mots entre « EVEN » even ou heaven (le premier voulant dire même, pair alors que le deuxième signifie paradis) et « LINE » l’horizon ou les vers littéraire (en poésie par exemple). Étant donné la nature des textes, on a pensé à l’époque que cela correspondait bien.

Cabaneariff :  Et justement côté textes, comment vous écrivez les paroles ? et les musiques? chacun a sa part de travail, est ce collectif ou cela vient-il de personnes en particulier ?

Tom (le bassiste) : Fabrice (le guitariste) nous envoie en général des démos avec une grosse partie de l’ossature des morceaux et chacun travaille dessus. Nous testons ensuite en répète et apportons les modifications nécessaires. Parfois les ambiances évoluent radicalement en fonction des parties que chacun apporte et cela nous inspire d’autres riffs, d’autres directions à prendre. Cela a notamment été le cas sur les titres Silene Capensis et Wasted Years qui ont bien évolués depuis les version démos.

Cabaneariff : Vous parlez de vos influences à travers vos musiques (Alter Bridge, Seether, Papa Roach, Creed je pense aussi). Et qu’est-ce que vous écoutez en ce moment ?

Tom : Select Difficulty de Periphery, Incarnate de Killswitch Engage, Dinocalypse de Raptor King, Automatic de Don Broco et 24K Magic de Bruno Mars.

Fab : Pas mal de BOF (Bande Originale de Films pour ceux qui se posent la question) comme celle du dernier Starwars Rogue One de Michael Giacchino, Mastodon, le dernier Justice, également Select Difficulty de Periphery ou encore du jazz.

Aarno : j’écoute beaucoup de Folk ou Pop-Rock d’artistes dont je suis fan comme James Bay, Jack Savoretti. J’écoute aussi Walking on cars. En metal, j’écoute « Dust » de Tremonti que je trouve excellent.

Cabaneariff : Je suis d’accord, le dernier Tremonti est génial. Pour le reste, c’est très éclectique.

Parlons de l’album In Tenebris qui sort le 20 Janvier. C’est un album plus agressif, plus sombre aussi dans ces mélodies par rapport à Dear Morpheus. Qu’en pensez-vous ?

Aarno : Notre musique est à ce jour un peu différente par rapport à nos débuts. Effectivement. Plus metal que rock et plus sombre aussi. C’est un état d’esprit actuel en fait, un besoin d’extérioriser certaines choses… Mais elle en reste tout autant mélodique car c’est notre identité musicale.

Cabaneariff : Tout à fait, on garde quand même la signature mélodique. A ce propos, j’ai enfin entendu un solo de guitare de la part de Fabrice (sur StraitJacket). C’est pour moi un réel plaisir car, comme je le disais sur le précédent opus, il a les qualités techniques pour le faire. C’était une demande collective ou de sa part de réaliser quelques solos ?

Fab : Pour commencer, je te remercie ! Disons que j’ai une nette préférence pour « le riff », cette rythmique qui te prend aux tripes et qui te donne juste envie de pousser des murs (rire). Pour Straitjacket, on a tous ressenti dans le groupe qu’il y avait la place pour un solo court pour ajouter un peu de relief à la chanson.

Cabaneariff : On a aussi une réelle présence de la basse de Tom sur cet album. Tout particulièrement sur Wasted Years.

Tom : Le groupe voulait une intro à la basse sur cet album et ce riff nous a paru bien adapté. Je suis super satisfait du travail de Jean-François Di Rienzo (responsable du studio d’enregistrement Totastudio) sur la basse dans le mix de In Tenebris. Le son est massif et elle est effectivement mise plus en avant que sur l’album précédent.

Cabaneariff :  Sur From The Ashes, on a un morceau parlant de la maladie, d’un feu qui te brûle (ou du moins le personnage). J’y ai vu aussi un renouveau, la référence au Phoenix. Peux-tu m’expliquer un peu plus ce morceau et ce dont il parle.

Aarno : Bien vu ! (sourire) Pour mes textes j’aime beaucoup parler de deux sujets en même temps. Voire trois par moment. Cela laisse libre court à l’interprétation de chacun pour se les approprier à sa manière.

From The Ashes parle d’une période très difficile à gérer pour moi, lorsque j’ai perdu ma voix il y a 3 ans de cela. J’ai dû me faire opérer. Ce fut une longue période de silence total, coupé du monde. C’était dur. Je ne savais pas si j’allais pouvoir rechanter un jour. Et puis avec la détermination, l’envie et la passion, j’ai mis tout mon cœur à revenir à mon meilleur niveau. D’où le phoenix qui renaît de ses cendres. Je fais le parallèle dans ce sujet à quelqu’un qui renaît d’une maladie grave comme un cancer tout en parlant aussi de quelqu’un qui remonte la pente après une dure séparation. Comme je le disais, trois sujets en un ! (rire)

Cabaneariff : J’en avais vu deux sur trois, c’est pas mal (rire). De même pourquoi avoir fait une reprise de Jamiroquai : Deeper Underground sur cet album (très réussi soit dit en passant). Pourquoi ce morceau ?

Tom : Nous avons beaucoup joué ce morceau sur scène car il est super catchy et énergique. Nos fans nous ont souvent demandé de l’enregistrer, c’est maintenant chose faire car on aime faire plaisir à nos fans (sourire).

Cabaneariff : Et quel est votre morceau préféré sur cet album ? Perso, j’ai adoré Never There.

Tom : Wasted years

Fab : Wasted Years, Silene Capensis & From The Ashes. Tu as bien demandé trois titres, non ? (rires)

Aarno : Je n’arrive pas à avoir de chanson préférée sur cet album. Vraiment… Je crois que c’est l’album entier ma chanson préférée (sourire)

Cabaneariff : Enfin, pour 2017, quels sont vos projets? Le crowfunding parlait d’une envie de faire une tournée européenne.

Aarno : On aimerait défendre du mieux possible In Tenebris en retrouvant la scène oui. L’écriture de l’album nous en a privé et cela nous manque beaucoup. Faire une tournée serait top oui ! Mais même sans ça, on aimerait juste retrouver notre public sur scène, peu importe où, et vivre cette passion du mieux possible. L’aventure humaine est aussi très importante pour nous. Vouloir faire des choses c’est bien, mais il faut aussi se donner le moyen de vouloir en faire des belles pour que les souvenirs restent agréables et sans regrets.

Cabaneariff : Arnaud, Fabrice, Thomas, je vous remercie d’avoir répondu à mes questions et vous souhaitent toute la réussite que vous méritez pour 2017. En attendant de vous voir sur scène prochainement.

 

Pour précommander l’album :

Pour retrouver la chronique de Dear Morpheus (leur précédent opus) : cliquez ici

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire