Interview Smash Hit Combo Juin 2018

Smash Hit Combo est un groupe de métal rap français. De passage au Hellfest, avant d’enclencher aux Nuits Carrés et de partir en tournée en Russie, ils prennent le temps de venir voir quelques potes jouer et de répondre à mes questions. Retour sur leur dernier album et sur leur projet 2019.

Cabaneariff : Smash Hit Combo, bonjour et merci de repondre a mes questions.

Brice : Salut, avec grand plaisir.

Cabaneariff : Pouvez vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaitraient pas et présenter un peu le groupe avant de rentrer dans le détail.

Brice : Ok. Alors moi, c’est Brice, batteur de Smash Hit Combo.

Matthieu : Et moi Matthieu, je fais de la basse.

(Matthieu à gauche et Brice à droite)

Brice : On fait du rap métal, djent. Référence geek.

Matthieu : Ouais, référence geek dans les paroles. Et on joue depuis une dizaine d’années.

Cabaneariff : Geek, vous voulez dire que votre univers artistique est tourné vers le jeu vidéo. Est ce pour vous quelque chose dans lequel vous baignez depuis tout petit ou quelque chose que vous considérez comme dangereux. On a l’impression des deux.

Brice : Un peu des deux. On a été baigné, né dans les années 80. C’était quelque chose d’assez marginal à l’époque, les jeux vidéos, tourné vers les jeunes avec la Super Nintendo, Nintendo 64. Et Paul, notre chanteur est un geek absolu donc il écrivait surtout des textes là dessus. Les gens trouvaient ça bizarre et nous ça nous plaisaient bien, ça créait une identité.

Matthieu : Ouais, très bien résumé.

Cabaneariff : Les textes évoluent aussi. Entre RPG qui parle de nostalgie et Nolife qui parle plutôt du fait qu’il n’y a pas que ça dans la vie.

Brice : Oui tout à fait. Il y a certains morceaux qui font l’apologie des jeux et dans d’autres on parle d’une fuite dans un univers virtuel pour échapper à la réalité.
Mais bon, dans la globalité, c’est plutôt du positif.

Cabaneariff : En 2017, L33T est sorti. Alors déjà qu est ce que ca veut dire ?

Brice : En fait, ça vient du leet speak (ou elite speak). C’était un langage de programmateur dans les années 80. Ils changeaient les lettres en chiffres pour que les gens ne comprennent pas ce dont ils parlaient. C’est un moyen de dire qu’on fait de la musique de geek, d’intégrer des références que nos fans comprennent.
Donc Leet Speak s’écrit dans ce langage L33T ou L33T Speak (le e remplacé par 3). Après ça a été vite abandonné.

Cabaneariff : Ha ok. J’ai cherché partout, j’avais rien trouvé la dessus.

Matthieu : Mais attention, c’est vieux, ça date de la fin des années 80.

Cabaneariff : Pourtant, je suis pas jeune, de votre génération mais pas assez geek faut croire (rire).

Cabaneariff : Il est sorti en double version : version francaise et anglaise. Pourquoi?

Brice : Oui. Ce sont les mêmes morceaux mais avec des paroles différentes. Avec un chanteur américain qu’on a invité pour la partie anglaise et Paul pour la partie française. Ils ne se sont pas consulté pour qu’il y ait une vraie spontanéité et autonomie des textes. On voulait tenter des choses différentes, d’où ce double album. Et ça donne deux albums complètement différent : un album anglais plus mélodique je trouve et un album français plus basé sur les textes.

Matthieu : Oui, je suis d’accord, les deux sont différents et vivent, s’ecoutent à part.

Cabaneariff : Perso, je vais choquer certains de vos fans de la première heure mais j’adore la version anglaise. Je la trouve plus punchy. Un peu dans l’esprit Cypress Hill vous voyez.

Brice : Oui, avec le flow, je vois. Merci. C’est cool.

Cabaneariff : Notamment In Game avec ce gros son de basse un peu à la Limp Bizkit ou Cypress, j’aime beaucoup.
En revanche, j’ai une critique.

Brice : Sur la version française ? (Rire)

Cabaneariff : Non rien à voir. Plus vis à vis du public qui ne comprend pas le choix d’essayer le chant anglais et qui irait jusqu’à boycotter ces choix.
Dans le coup, le choix du double album était il un choix de ne pas froisser votre public?

Matthieu : Ha non pas du tout. Sinon, on aurait fait que de l’anglais. C’est plutôt un moyen de nous ouvrir des portes à l’étranger.

Brice : Oui, moi c’est ce qui m’avait choqué notamment en Russie. On était direct catalogué métal français. Et avec un album comme ça, c’est aussi un moyen d’ouvrir un peu plus et de sortir des étiquettes déjà posées sur nous : métal et non plus métal “français”. C’est plus un défi.

Cabaneariff : Vous êtes toujours sur la tournée L33T. Et ensuite pour la rentrée ?

Brice : Il y a à la rentrée un gros clip sur Zelda qui va arriver, on bosse dessus depuis 6 mois (au mois de Juin).

Cabaneariff : Version Switch ou N64?

Brice : Version Nintendo 64. C’est un mélange of Ocarina Of Time et Majora’s Mask pour les retro gamers que nous sommes.

(Ndlr : voici le clip Falls Apart, hommage à Zelda)

Cabaneariff : Et un nouvel album? J’imagine qu’il y a déjà des idées qui arrivent, chant anglais ou français, paroles, riffs.

Brice : Oui. On va pas deux faire albums différents, on va mélanger les deux, anglais et français.

Matthieu : Toujours avec la même énergie et le même esprit.

Cabaneariff : Et 2019, le Hellfest? Ou 2020? C’est quelque chose qui vous tente?

Brice : Avant, le Hellfest, c’était un festival un peu puriste. Le rap métal avait pas vraiment sa place. Et maintenant les choses ont changé. Ce serait avec plaisir de jouer ici.

Matthieu : Oui ce serait un rêve. On est en contact avec Ben (Barbaud, le responsable du Hellfest).

Brice : Oui, on est en contact avec Ben, il a écouté notre album. Il a bien aimé. Il a dit, c’est pas jouable pour cette année mais ok pour….(bredouillement pour éviter de laisser échapper une info capitale)… voilà quoi!

(Petits rires gênés)

Cabaneariff : Et le but avec le prochain album, vous allez tenter une tournée anglophone? En plus de l’Europe, du Japon et de la Russie.

Brice : On aimerait bien. C’était trop tôt avec le double album. Là, on va essayer avec le deuxième album. Ça devrait être plus facile.

Cabaneariff : Il me reste à vous remercier pour ce moment, profitez bien de ce week-end et hâte d’écouter votre nouvel album.

Matthieu : Merci, on en profite déjà pas mal (rires complices avec Brice). A bientôt alors pour la chronique de notre prochain album.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.