Little Jimi / EP.1

Little Jimi est un groupe de power rock bordelais. EP.1 était initialement sorti en 2017 mais fut réédité cette année sous format vinyle et mis en ligne pour la promotion du groupe avec deux morceaux originaux.

EP.1 raconte l’histoire de Jimi. Un grunge rock rythme les aventures de cet enfant et de son ami imaginaire Katus, partis à la conquête d’une nouvelle vie entre sagesse et démon.
Cela me fait penser (en plus de la pochette) au jeu vidéo Little Nightmare (le joueur incarnait Six, une petite fille de 9 ans qui devait échapper à des monstres).

Jimi commence avec une mélodie hypnotique entre grunge et rock psychédélique 70’s. La voix est lointaine, aérienne, triste ; le son de basse est lourd. On se retrouve embarqué comme dans un cauchemar.

Jimi et Katus continue sa route entre rêve et réalité, entre noirceur et lumière avec Lamp Song. Plus chaud et énergique, le morceau monte en puissance. Le morceau est plus lumineux, le chant monte et les saturations grasses très grunges apportent une densité très sympa. En plus du solo de guitare de très bonne facture. On se retrouve vraiment bercé entre hard rock vintage 70’s et grunge plus moderne.
C’est un peu comme si les Clash rencontraient Pearl Jam.

Dock 11 sonne lui beaucoup plus moderne, avec une tonalité plus bluesy aussi. Le morceau, réellement en deux parties, à l’orée de l’instrumental est envoûtant. Dock 11 est un des deux morceaux originaux et est bel et bien mon morceau préféré.

On revient dans un espace plus sombre, presque confiné avec Molimoh. Les notes hautes de guitares viennent en opposition parfaite à la lourdeur de la basse/batterie. Cela en fait un morceau très oppressant, hypnotique là encore et très noir. J’adore.

D’où ma déception avec Goodbye Katus qui vient casser complètement toute cette ambiance avec un hard rock beaucoup plus haut, une mélodie plus légère. On peut imaginer que Goodbye Katus est le passage à l’age adulte et donc la disparition de son ami imaginaire.
Même si le morceau reprend vite les rênes d’un rock beaucoup plus énergique et lourd, la légèreté reste encore de mise et arrive trop soudainement.

Midnight Mojo, deuxième morceau original non présent sur la première version d’EP.1 vient clôturer l’EP. Là encore, on retrouve un riff bluesy avec même une influence sous jacente à Rage Against The Machine avec la guitare montant peu à peu saturée très grasse et le chant marmonnant avant de prendre confiance et d’être plus audible.
Là encore, comme Goodbye Katus, le morceau sort un peu du contexte global de l’album plus sombre et dénote un peu du reste de l’album.
En revanche, le solo et l’accélération est franchement énorme et permet un très bon final.

Conclusion :

Little Jimi et EP.1 crée un univers entre le rêve et la réalité, entre le passage de l’enfance à l’âge adulte à travers un rock grunge psychédélique très original. Hors, les deux derniers morceaux qui sortent un peu du contexte global sonore de l’album, on est sur une très très bonne surprise.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/76585362

Spotify : https://open.spotify.com/album/1IscruoXXMp333iu9FcL1X?si=85cuKiJ1SUCtyYzpCvyHIg

Facebook : https://www.facebook.com/LittleJimi.music/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.