Live Report American Tours Festival Jour 1

L’American Tours Festival situé à Tours (37) s’est déroulé les 5, 6 et 7 Juillet 2019.
Particularité de ce festival, il est aussi bien musical que culturel.
En effet comme son nom l’indique c’est une fête à l’effigie de l’American Way of Life.
Bref un lieu idyllique pour les fans du rêve américain ! Voici donc le Live Report de l’American Tours Festival Premier Jour.

Tout est fait pour nous mettre dans le bain et nous donner l’impression d’avoir traverser l’Atlantique :

Voitures américaines, Harley-Davidson, Cowboys et Indiens, tri de bétails à chevaux, motos dans une boule de la mort métallique, des parquets de danse pour le Rock N’Roll et la Country…

Perso je suis plus motos Indians qu’Harley Davidson mais certaines sont quand même jolies.
Allez ! Trêve de rêveries américaines, c’est la musique (aussi) qui nous a fait venir ici !
Et en musique : il y a ce qu’il faut ici, en qualité et en quantité!

Nous sommes vendredi 5 Juillet et je suis tout impatient.

Je vais me positionner prêt de la Eastern Scène car c’est The Chris Slade Timeline qui va jouer.
Bon, pour ceux qui ne connaitraient pas encore Chris Slade, c’est un batteur professionnel qui a joué avec les plus grands aussi bien en studio qu’en concert.
Quelques exemples : AC/DC, Uriah Heep, The Firm (avec Paul Rodgers et Jimmy Page), David Gilmour, Gary Moore et aussi Tom Jones (la liste est longue, je ne mets que quelques exemples).
Je vous l’ai dit : c’est une pointure !
Et c’est parti pour 50 ans de Rock à travers l’expérience d’un homme en commençant par Dirty Deeds Done Dirt Cheap d’AC/DC.
C’est propre, c’est fidèle, c’est impeccable, on se régale dans le public.
Tous les musiciens sont vraiment bons. Le chanteur a le feu en lui.
Je suis surpris par le peu de monde présent par rapport à la star qu’est Chris Slade. Sans doute peu connu du grand public, il aurait quand même mérité d’être sur la scène principale à une heure d’affluence…
On enchaine sur Blinded by the Light de Bruce Springsteen. La chanson avait été reprise par le Manfred Mann’s Earth Band (groupe dans lequel Chris Slade a aussi joué…).
C’est un autre chanteur qui prend le relais et il assure. Il y a donc un chanteur pour les reprises d’AC/DC et un chanteur pour les autres reprises ; original.
Le groupe poursuit par Shook Me All Nght Long d’AC/DC. Le chanteur et la foule sont endiablés ! Chris Slade envoit bien derrière ses fûts, il tient la forme.
Maintenant nous sommes en 1981 et le groupe reprend une chanson d’Uriah Heep : July Morning. C’est plus doux et le chanteur assure toujours.
La chanson finie, Chris Slade et le chanteur blaguent en français pour nous distraire.
Avant d’enchainer sur Hell’s Bell d’AC/DC. C’est certain, ça réveille !
Prestation excellente mais pas le temps de s’endormir car un bijou musicale commence : Parisienne Walkways de Gary Moore.
Très très bien (même si le guitariste s’est planté une ou deux fois). Ce qui est passé inaperçu sauf pour les puristes (dont le guitariste fait lui-même parti…).
Mais toujours pas le temps de s’endormir car on enchaine par 3 chansons d’AC/DC :
Back In Black, Thunderstruck et la performance du groupe fini par Highway to Hell.
C’était un joyeux petit bordel sur scène, les artistes ont le sourire et ça nous le donne !

Direction la Mainstage pour le premier concert de cet American Tours Festival édition 2019 sur la scène principale.
Ce sont les canadiens de The Road Hammers qui s’y collent.
Le son me fait mal aux oreilles, beaucoup trop de basses, pas équilibré. Ça commence mal…
Ils reprennent Folsom Prison Blues… moi qui en suis fan… ils ne font pas honneur à Johnny Cash.
Ensuite, une chanson de leur crue de style Rock Sudiste (type Lynyrd Skynyrd) avec des touches blues, pendant laquelle ils reprennent le refrain de Purple Rain de Prince, en mode acoustique.
Le bassiste me fait physiquement penser à un mélange entre Rob Halford et Pascal Obispo… Bizarre…Très bizarre.
Je ne sais pas comment ils font mais le son est de pire en pire ! C’est limite tenable… A se demander s’ils font exprès d’avoir un son atroce.

Tâchons d’oublier les canadiens avec le clou du spectacle de ce vendredi : Scorpions.
Il y a nettement plus de monde que pour le groupe précédent…ils n’ont rien perdu.
Bon le son des allemands est propre déjà ! Un peu trop de basse mais rien de gênant, au contraire ça nous permet de mieux entendre la ligne de basse, ce qui je dois l’avouer me plait bien !
En revanche, la voix du chanteur Klaus Meine est un peu faible.
Deux, trois tubes, le temps de voir que les artistes ont pris un sérieux coup de vieux.
Un petit passage au talk box par le guitariste (style de jeu qui consiste à porter le son de la guitare avec un tuyau à sa bouche et l’utiliser comme caisse de résonnance).
La scène et les artistes sont filmés et diffusés sur les écrans géants en version psychédélique haut en couleurs.

C’est sympa.

Petit passage acoustique avec la chanson Send Me An Angel.


Puis c’est parti pour : Wind of Changes !
La foule reprend en chœur le tube. Le public est aux anges.

Bon! Il suffit, je ne peux plus me taire : Mikkey Dee (le batteur) est incroyable.
Depuis le début, je vois bien qu’il s’ennuie derrière ses fûts…
Et bien c’est fini puisque sa batterie s’élève dans les airs et il nous réalise un solo incroyable!
L’ancien batteur de Motörhead est… pour moi… la meilleure recrue de Scorpions depuis ces 50 dernières années… (oui quasiment depuis leurs débuts).
Comment ça je ne suis pas impartial ? mouais peut être ! C’est Mikkey Dee après tout…
Allez, le show de Scorpions reprend avec Big City Nights. Parfaitement orchestré par l’ensemble des musiciens.
Puis c’est la fin… et le rappel avec Still Loving You. Le public chante d’une seule voix.
Et on finit par Hurricane ! Propre, précis, punchy, à l’allemande…

C’est déjà la fin d’une bonne première journée. On se retrouve demain.

Toutoune, votre reporter toujours sur le coup.

N.d.l.r. : excusez de ne pouvoir vous fournir de photos des concerts, il n’y avait pas de photographes disponibles sur place (fainéants!!)

Les photos du site proviennent du site officiel americantoursfestival et sont leur propriété.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.