Live Report Download Festival France Jour 2

En fait, si on suit les indications du site pour venir au parking, bah on arrive rapidement et on se gare aussi vite. La journée promet d’être très ensoleillée et chaude. Ils annoncent 35° à l’ombre. Ici, il n’y a pas beaucoup d’ombres autour et près des scènes (hormis la Warbirds). Je crois que je vais tourner à l’eau toute la journée (une fois n’est pas coutûme).

far from alaska

Dès mon arrivée, la bonne surprise c’est Far From Alaska. Du très bon rock avec une chanteuse qui mouille le t-shirt. Elle donne tout pour le plus grand plaisir des festivaliers déjà présents. Le groupe enchaîne les morceaux avec des bases mélodiques tantôt blues, tantôt hard mais avec toujours ces saturations puissantes et grasses et cette voix féminine puissante et énergique.

lonelythebrave
Un peu plus loin Lonely The Brave joue à couvert un néo métal un peu trop convenu. Je n’avais pas accroché sur l’album et le live ne me séduit pas. Des mélodies un peu gnian gnian aux riffs presques punk, ça manque de quelque chose : de talent peut être.
Je retourne voir Far From Alaska qui, eux, ont deux trucs : un super bon esprit et une envie de donner du plaisir. Ça marche, je suis réceptif et je ne suis pas tout seul.

alter bridge

Vient Alter Bridge qui balance du gros son et des solos de guitares devant un parterre de plusieurs dizaines de milliers de fans ou de curieux.
Le groupe est toujours aussi efficace, le son est impeccable.

Des hurlements m’attirent. Quelqu’un est en danger?

Non c’est juste Code Orange qui commence son show. Code Orange, pas parce qu’ils sont pro-Trump mais parce que la guitariste (et hurleuse n°3) et le bassiste sont roux ; l’une des cheveux l’autre de la barbe.

code orange
Ils donnent tout et c’est toujours original de voir le batteur chanter (hurleur n°1)et le second guitariste jouer aussi du clavier (et hurleur n°2). Autant l’album m’a un peu laissé de marbre, autant en live, ils développent une énergie énorme et malgré les growls des différents chanteurs, c’est pas mal du tout.

epica
Le métal Épique d’Epica (désolé c’est pas original), les effets pyrotechniques et la voix d’opéra de la chanteuse font leur oeuvre. Pas fan du genre, pour autant c’est très agréable à regarder, le groupe mettant aussi bien l’accent sur les mélodies que sur le visuel.

paradise lost
Bientôt le son sourd et lourd de Paradise Lost résonne dans tout le Download. En place, puissant et technique, c’est du bon. ils arranguent le public, les solos pleuvent avec une batterie énorme à coup de double pédale.
C’est bon, très bon même.
En revanche, impossible de s’approcher de plus de 50 mètres pour Aqme qui fait son grand retour sur scène au Download.

aqme
Ils reviennent en force, headbangue à gogo sur scène. ils en veulent et le public est heureux de les revoir.
C’est du gros son. Si le prochain album est comme ça, les petits français vont reconquérir l’hexagone facilement. Ils sont tellement énervés qu’ils organisent un wall of death (la foule se sépare en deux pour se rejoindre gentiment en se sautant dessus tout sourire et en esprit bon enfant mais un peu bourrin quand même faut pas déconner). L’ambiance est là malgré le son de Paradise Lost qui parasite un peu leur set si tu n’es pas à 5mètres de la scène d’Aqmé.

soilwork
Je me mets un peu au frais sous la tente de la scène Warbirds pour écouter Soilwork.
Ils sont énervés!!! Ça envoit à 200km/h et j’en prends plein la gueule.

soad
On finit en beauté, alors que la nuit commence à tomber, avec System Of A Down. Il y a de la foule à perte de vue et une ambiance énorme. La foule chante toutes les paroles de chaque morceau, le groupe s’éclate et enchaîne les morceaux sans s’arrêter, morceaux quelques peu modifiés pour donner encore plus de puissance à certains morceaux. C’est d’ailleurs mon seul bémol, ils arranguent le public pendant les morceaux mais aucun mot entre les morceaux (hormis à la fin pour nous dire qu’on est formidable comme chanteurs).
Ils ont quand même pris le luxe de prolonger leur set de 15 minutes.
C’est partial mais ils ont fais tous leurs tubes et c’est dingue le nombre de morceaux que j’aime d’eux.

Petit apparté : Autant les musiciens ont pris leur pied en jouant pour le public, autant j’ai eut l’impression que le groupe ne prenait plus de plaisir à jouer ensemble. A peine quelques regards entre eux, peu de conversation vers le public. D’où mon interrogation sur une éventuelle reformation de System Of A Down pour un album.

Bref, deuxième jour terminé sous un soleil de plomb, des litres d’eaux d’enfilés et un sourire béat après une journée bien remplie. A demain pour la dernière journée.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire