Live Report Hellfest 2018 Jour 1

Le soleil se lève sur le Hellfest et le vent aussi … A l’heure du ptit dej’  les festivaliers ont déjà leurs gobelets bien remplis (ou bien vides !) de leur boisson préférée. Ce Hellfest cuvée 2018 sera sous le signe de la découverte : découverte de petits groupes. On ne négligera pas les grands, mais il y a tellement de pépites sur les 6 scènes tout au long de ces trois jours que nous nous devions de vous les montrer. Allez, c’est parti pour le Live Report Hellfest 2018 Jour 1!!!!

C’est parmi la poussière matinale que nous nous rendons devant notre premier concert de la journée : Bukowski…et sur la Main Stage 2 s’il vous plait!
Les petits français envoient et nous amènent du matos : une nouvelle chanson de leur prochain album qui sortira en octobre 2018…un avant goût prometteur.

Au même moment, Sons Of Otis, un groupe de doom stoner canadien entame son show. Un son de basse a décorner un caribou, des mélodies lentes et entêtantes. J’ai pris mon pied direct. Sous la tente de la Valley, l’ambiance n’est pas au pogo mais plutôt à la contemplation, au recueillement alors que le groupe déroule son set aux accords ronds et lourds.

5 minutes plus tard c’est le groupe Toseland qui prend le relais sur la Main Stage 1. Leur son bien rock et leur rythme entraînant est bien apprécié à  l’heure de l’apéro ( ok il est midi et je m’y mets tard, mais commencer la journée par une bière c’est encore trop difficile pour moi)
Une belle découverte.

TesseracT, un de mes chouchou. C’est paradoxal quand on entend le son qu’ils développent mais c’est toujours un plaisir de les voir jouer tellement la qualité sonore et technique est là. Sur un festival, il manque encore un aspect visuel qui leur fait un peu défaut. Le groupe est encore jeune, et cela ne l’empêche pas de passer sur la Main Stage, dû à une grande notoriété internationale, il a le temps de peaufiner sa scénographie.

Du bon vieux hard rock fait son retour avec Chris Slade Timeline. Le projet de l’ex batteur d’Ac/Dc sonne bien sous le soleil de plomb de Clisson.
Passage obligé, un final avec Higwhay To Hell sous les cris de joie du public. A défaut d’avoir eut le groupe originel au Hellfest, nous aurons eut le batteur du Live At Donnington ’92 et une très bonne reprise sur la Main Stage 1.

Place aux Sons of apollon. Entre les files d attente sans fin du merch, nous essayons de nous frayer un chemin pour aller voir le nouveau groupe de Mike Portnoy (batteur de Dream Theater) et au loin, ça envoie du lourd! Le public rempli déjà bien l’espace des Main Stages ! Impossible d’aller plus loin.
On arrive à s’avancer pour les australiens de Rose Tatoo. Un show a la grande époque 70′ qui vaut le détour.

A l’heure du goûter c’est Bongzilla qui ouvre le bal avec leur mélange de son doom/stoner. La voix est criarde, un peu trop à mon goût, mais le rythme est efficace.

Nous faisons ensuite un bon de quelques décennies en arrière avec Joan Jett And The Blackhearts. La chanteuse, très connue pour son premier groupe The Runaway et son tube I Love Rock And Roll dans les années 80, a d’autres pépites à nous balancer.  On reste dans l’esprit années 80, très old school.

Passage obligé : Europe. C’est le genre de groupes dont tu te dis qu’il faut les voir pour deux raisons : parce que c’est un groupe mythique et parce qu’ils ne seront pas éternels. Et en effet, on est pas déçu. Ils jouent tous les grands classiques de Europe plus quelques nouveaux titres et un Final….Countdown comme il se doit avant de sortir de scène.

Intervient le hard rock psyché de Steven Wilson. Les notes aériennes et sa musique à la limite entre le jazz et le hard entraîne la curiosité des festivaliers. Cette musique emprunte d’une grande technique qui ravira les fans de Porcupine Tree comme les fans de Pink Floyd aurait peut être plus trouvé son public sous la tente de la Valley que sur la Main Stage.

Nous courons ensuite sous la tente de la Valley pour Church Of Misery. Très sympa, ce hard rock influencé par Black Sabbath joue la carte du rock sombre et psyché.

Mon coup de cœur du jour va pour Hollywood Vampires. Le groupe phare, coalition d’Alice Cooper, de Joe Perry et de Johnny Depp fait le plein sur la Main Stage. Et le groupe fait le job. C’est une succession de reprises que le groupe nous verse allant d’AC/DC, de Motorhead aux Who. Une succession de tubes qui ravit les fans. Johnny Depp est un vrai musicien. Il fait le job, se promène sur scène, joue avec les autres musiciens, sourit, chantent les chœurs, sans trop en faire. Bravo. Finish avec School’s Out (reprise d’Alice Cooper himself) et un petit Another Break In The Wall des Pink Floyd. Excellent show, sans doute le meilleur de cette journée !

Nous n’avons qu’à tourner la tête pour les célèbres Stone Sour, groupe emmené par le leader de Slipknot, Corey Taylor. Décidément sur l’album, il a une voix qui marque son identité, mais sur scène, ça manque de quelque chose et c’est dommage. Peut être une puissance vocale compensée en studio par les micros et les arrangements mais sur scène qui ne trompent personne. On l’entend à peine.

Je préfère changer de scène et aller du côté de la Warzone pour voir Bad Religion faire le plein. Malgré un agrandissement de cet espace, il m’est difficile d’avancer pour voir le groupe jouer. Ils ont encore la gniak malgré leur âge et le public en redemande. C’est la folie sur scène comme dans le public.

Nous avons zappé délibérément Judas Priest. Pas parce qu’ils ont fait un mauvais concert. Juste parce qu’aucun de nous n’aimons ce groupe. Pourquoi supporter 2 heures de concerts contre son gré alors qu’on peut aller voir autre chose.

Fin de la journée pour Cabaneariff qui s en va se reposer. Mais au Hellfest, la musique ne s’arrête jamais et nous rentrons sur notre camping accompagné en fond par le concert de Rise Against qui se produisent sur la Warzone. Ca c’est de la berceuse comme on l’aime!!!

A demain

Krole et Fabien

Crédits Photos : Edward Surcin (dans la mesure où j’ai accidentellement supprimé les miennes).

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.