Live Report Hellfest 2019 Jour 1

Et c’est parti pour Trois jours de folie métal avec l’ouverture des portes de la 14ème édition du Hellfest en territoire clissonais. Comme toujours, le site est magnifique et comme c’est devenu la norme, le beau temps est au rendez vous. Voici donc le premier jour du Hellfest 2019 !!!

Le premier jour, le premier concert et on envoie avec The Necromencers sous la Valley.

Ce groupe Français originaire de Poitiers honore la Valley pour le 1er concert de cette édition 2019. Le public est matinal car il y a déjà du monde sous la Valley, ce qui est, à mon avis, un gage de qualité pour ce groupe.

C’est sympa, bien construit, avec un son propre. Leur musique a de bonnes influences Black Sabbath pour ce groupe classé dans le Stoner/Doom à dimension occulte.

photo réalisée par Edward Surcin

Ils finissent avec leur chanson la plus connue et l’ensemble des spectateurs semble vraiment apprécier.

Je sors de la Valley avec une très bonne impression sur The Necromencers.

Un petit déjeuner vite enfilé et me revoici sur la Valley pour écouter Valley Of The Sun (çà fait deux fois Valley mais si j’avais dis valaux çà voulait plus rien dire).

Il est clair que les américains sont expérimentés.

photo réalisée par Edward Surcin

Le son est propre, la balance est bonne, c’est rodé, c’est frais. Ça en est même jouissif par moment. Du bon Stoner comme je l’aime.

Toujours sous la Valley, se présente Radio Moscow.

Américains aussi, classé dans le Blues Psychédélique. Ils font leurs balances eux-mêmes, ce qui sera soit un gage de qualité, soit une merde immonde.

Et je suis vite fixé : le son est très propre. Là encore, de bonnes influences Black Sabbath, ce qui n’est pas pour me déplaire.

photo réalisée par Edward Surcin

On passe sur une phase bien plus rythmée, ce qui n’est pas trop habituel depuis le début de leur performance et ça passe divinement bien.

le guitariste se permet un petit solo Hendrixien de derrière les fagots.

Sur la fin du concert on bascule vers un Blues plus prononcé, très sympa. Je ne suis d’ailleurs pas le seul puisque le public à l’air d’apprécier en accompagnant chaque chanson d’applaudissements en rythme.

Je tente d’aller voir le Folk/Pagan Métal de Trollfest mais c’est impossible.

La tente Temple est ultra blindé, çà déborde de monde de tout côté.

Dommage car ça m’a l’air d’être un joyeux bordel. Il faut dire que les Norvégiens ne sont pas les derniers pour faire les cons et mettre l’ambiance.

Photo réalisée par David Gallard

Tant pis, j’enchaine sur Godsmack en Mainstage.

Bon c’est clair que comparé à Trollfest juste avant… Ça parait gentillet, un peu doux. Cependant c’est une machine bien rodé, c’est propre.

Nous avons droit un petit solo dans le style Peter Frampton avec talk-box (reverbération avec un tuyau dans la bouche qui sert de résonance). Sympa.

Ensuite, une seconde batterie arrive sur scène (le tout sur un plateau) avec le chanteur, Sully Erna, jouant sur des djembés avant d’atterrir derrière les fûts de la deuxième batterie. Les 2 batteries se sont face à face : Aura-t-on un duel ? Et bien non, ils jouent ensemble et c’est d’autant plus difficile d’être bien synchro et de s’accompagner. Très bonne surprise !

photo réalisée par Edward Surcin

Le batteur Shannon Larkin est juste impressionnant.

Bon le soleil tape dur alors je retourne m’abriter sous la Valley. Et ce sont les allemands de My Sleeping Karma qui s’y collent. Leur Stoner Psychédélique est justement bien nommé car le côté Psychédélique est très présent.

Je prends leur performance pour une invitation au voyage, à l’apaisement.

C’est envoutant, hypnotique et le public semble apprécier.

A peine le concert terminé que Diamond Head résonne à mes oreilles quelques pas plus loin, sous la Temple. Je dois bien avouer que Metallica à bien fait de populariser un peu plus leur chanson Am I Evil ? parce que c’est vraiment un petit bijou.

Bon ça se met en place sous la Valley et c’est parti pour All Them Witches.

Ces américains-là font dans le Bluesy Desert Rock. C’est vraiment Bluesy, vraiment vraiment… Peut-être trop tranquille, ça manque de punch à mon goût.

Photo réalisée par Edward Surcin

Plutôt (non pas le chien) de dire que je suis déçu, je dirai que je n’étais pas en phase à ce moment-là !

Je quitte la Valley pour une terre plus hostile, la Warzone.

C’est Me First And The Gimme Gimmies qui va commencer.

Bon pour ceux qui ne connaissent pas le groupe on va faire simple : Réunissez des barjos de la scène punk rock américaine (NOFX, Lagwagon, Foo Fighters) et offrez leur la possibilité de reprendre des tubes musicaux à leur sauce. Ça donne de très bonnes reprises dans un style un peu déjanté avec beaucoup d’humour et peu de sobriété (notamment dans les costumes).

Pour vous donner l’envie d’en écouter, voici quelques exemples de leurs reprises : Nothing compares to you (Prince popularisé par Sinead O’Connor), Jolene (Dolly Parton), Heart of Glass (Blondie), Rocket Man (Elton John) ou encore I Believe I can Fly (R Kelly).

Photo réalisée par Edward Surcin

Ils sont au taquet, ça envoie sévère, que de la bonne reprise. Du plaisir et du délire à l’état pur.

Et voilà, on y arrive : Premier gros choix à faire, premier dilemme…

Qui choisir ? Ultra Vomit que j’aime beaucoup (et que j’ai déjà vu 3 fois) ou Graveyard qui semble vraiment bien…

Et bien ce sera Graveyard sous la Valley

(bon après coup, j’ai vu le show d’Ultra Vomit sur Arte Concert et c’était vraiment énorme ou « énus » comme ils disent).

Les Suédois de Graveyard pratiquent le Heavy Blues Psychédélique.

Ce n’est pas plein sous la Valley en ce début de concert (sûrement la concurrence des fous fous en Mainstage). Mais, leur musique est fraiche, le son est propre, le groupe est en forme. Le public présent apprécie la performance. Les applaudissements semblent attirer ceux qui passent à proximité car la Valley continue de se remplir.

Photo réalisée par Edward Surcin

Nos suédois semblent endiablés tout d’un coup, le rythme s’accélère. Il faut avouer que je passe un très bon moment. Les morceaux Uncomfortably Numb ou encore The Siren (mon préféré) passent divinement bien !

C’est au tour du bassiste de se coller au chant et force de constater qu’il tire son épingle du jeu. Belle performance. Très bon moment sur Graveyard !

Petit détour par la Warzone pour apprécier la hargne de nos ainés américains du Punk The Descendents.

Ça envoie bien comme il faut, ça décolle la pulpe du fond ! Du coup ça se régale dans la fosse avec des pits.

Puisque Manowar fait sa princesse et annule sa prestation (en même temps je n’avais pas prévu d’aller les voir), je vais enfin pouvoir profiter de FU MANCHU.

A chaque fois qu’ils passent au Hellfest, j’ai toujours autre chose à aller voir…Et bien là non ! Et tant mieux car ils ont la patate !

Photo réalisée par Edward Surcin

La Valley est comblée et le public se régale. Le groupe est au top et mérite son rang de Top10 des groupes Stoner Doom.

Dommage que Gojira commence avant la fin du show de Fu Manchu car le public ne peut pas profiter entièrement du spectacle dû au son surpuissant des jeunes français.

Autre choix cornélien : et je prends le risque d’aller à la Warzone pour SUM41 au lieu de la Mainstage pour Gojira.

Nous dirons que certains des derniers morceaux des Ricains sortis en 2016 m’a donné l’eau à la bouche.

Et la Warzone est blindé ! Archicomble ! C’est une galère de se faufiler pour trouver une place.

Le concert démarre à fond, au taquet. Seul problème : le son ! La balance n’est pas bonne : les voix sont beaucoup trop fortes…

Photo réalisée par David Gallard

L’ingénieur son réglera (presque) ça un peu avant la moitié du concert.

C’est, hélas, un concert en dents de scie niveau morceaux, son et ambiance.

On part au top, puis ça redescend. On remonte un peu niveau performance, pour redescendre aussi vite avec des morceaux trop mous pour la Warzone.

Et on finit en apothéose pour le lycéen qui est toujours enfoui en moi avec un florilège de tubes à la fin du concert en mode endiablé !

No One Is Innocent passe sur la Mainstage : un petit rappel des années 90 avec des textes engagées, une rage française et un son métal rap très énervé comme seul No One Is Innocent sait le faire. C’est pas mon délire, mais les fans adorent.

Photo réalisée par Edward Surcin

Et rappelons, que pour cette première journée, la scène française était à l’honneur sur la Mainstage 2 avec une programmation exclusivement française : Gojira, Ultra Vomit, No One Is Innocent, Mass Hysteria, Lofofora, Klone et Blackrain.

Bonne grosse première journée !

Vos reporters engagés sur le terrain : Dude (photographe et chroniqueur) et Toutoune

N.d.l.r. : Un grand merci à David Gallard pour ces photos de Sum 41 et de Trollfest.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.