Marika Hackman / I’m Not Your Man

Marika Hackman est une jeune multi-instrumentiste et chanteuse anglaise. A seulement 25 ans, elle sort son deuxième album, I’m Not Your Man. Entre indie folk (folk indépendant) et rock garage, Markia Hackman impose un univers entre jovialité et mélancolie.

Les sonorités de l’album se veulent tantôt chaudes et cool, tantôt froides et nocturnes.

Par exemple, quand on entend le premier morceau de l’album, Boyfriend lance une mélodie plutôt pop joviale avec cependant une guitare électrique distordue jouant en arrière plan. Dès le premier couplet, la musique devient plus douce, lente. On se retrouve avec un son un peu garage, presque grunge mais avec sa voix très significative. Une voix sensuelle et cool, jeune (cela se sent). Cela reste un très bon morceau.

Gina’s World est plus dans l’esprit dont je vous parlais au début : une froideur musicale de par la mélodie lente, la guitare électrique avec un son très sec, une rythmique feutrée et une ambiance très nocturne.

Les choeurs de mi-morceau installent cependant une touche d’espoir, un peu de lumière dans cette obscurité.

Round We Go continue dans cet esprit. Une musique plus lente, une voix posée plus basse et une rythmique feutrée (le batteur utilise des balais pour frapper sa caisse claire, ce qui donne ce petit chuintement de la batterie). Le morceau intégrant des violons est très mélancolique sans aller dans le pathos. On est plus sur une impression de regret que de réelle tristesse.

Violet et les sonorités en arrière plan faisant penser à des pleurs, un peu comme un esprit larmoyant en arrière plan continue dans cette descente mélancolique. La voix de Marika ne donne pas cette impression de tristesse mais la mélodie si. Le paradoxe vient de là : une voix calme, posée et une mélodie torturée.

J’adore Cigarette et la mélodie à la guitare acoustique. Le morceau est très doux, plein de tendresse et une voix très chaude, très belle. Le morceau est tout en beauté et douceur. Une très belle ballade.

Apple Tree garde cette douceur dans la mélodie et ajoute même une ambiance très folk anglaise. Le morceau est très doux là aussi mais avec cette dimension folk, cela en fait un petit bijou avec toujours cette voix particulière de Marika Hackman.

Blahblahblah continue avec une mélodie un peu fantomatique. Là encore, une musique froide et nocturne, la voix résonnant, planant au dessus des instruments comme un fantôme. Le morceau est très mélancolique mais tellement beau.

Le morceau finit avec une saturation de guitare dégueulasse et un violoncelle. Le mélange me plaît et me dérange à la fois. Heureusement, cela ne dure quelques secondes, au risque de gâcher un peu le morceau je trouve.

Conclusion :

Un très bon album. De très belles compositions avec un esprit folk-rock très sympa oscillant entre froideur et chaleur selon les titres et même quelques fois dans les morceaux eux-mêmes.

Cependant, un tiers des morceaux sont un peu en dessous du reste, quelques peu répétitifs même. Heureusement, cela n’est pas représentatif de l’ensemble de l’album qui garde une identité propre, très folk avec des musicalités, des rythmiques rocks ou simplement l’apparition d’une guitare électrique un peu saturée.

On retrouve plus l’esprit rock garage qu’on ne l’entend. Le son brut par exemple rappelle ce rock garage, ces saturations de guitare un peu crades, ces quelques fausses notes assumées, intervenant même comme acteur dans le morceau. Pour autant, on garde une trame très folk dans l’écriture et la musicalité générale des morceaux.

Ce mélange est très intéressant.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/42221791?utm_source=deezer&utm_content=album-42221791&utm_term=7126184_1496854988&utm_medium=web

Spotify : https://open.spotify.com/album/58IxxVGqidZ8sLWNKeknlH

Facebook : https://www.facebook.com/MarikaHackman/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire