Mat Bastard / Loov

Mat Bastard de son vrai nom Mathieu-Emmanuel Monnaert a quitté le groupe Skip The Use (dont il était le chanteur) et a reformé un groupe : Loov dont voici le premier album du nom du groupe. On retrouve un peu le son de Skip The Use mais pas que. Mat Bastard nous fait découvrir toutes les facettes qui l’habitent.

Pour la petite histoire, Skip The Use s’est terminé juste après le départ de Mat Bastard et les musiciens ont fondé eux aussi un nouveau groupe : The NoFace.

Quant à Loov, le groupe est la réunion d’anciens membres de Carvin (le groupe d’origine de Mat Bastard) et de The Subs (un groupe de rock belge).

Bon passons à l’album. Je n’étais pas fan de Skip The Use mais respectait énormément le travail d’artiste de ce groupe. Déjà parce que le rock français qui se déployait sur les ondes n’était pas légion et avec Shaka Ponk c’était les deux seuls groupes à faire bouger les lignes.

Wild, porte bien son nom. On retrouve la voix si particulière de Mat Bastard et un son de basse énorme, bien rond. Le rock y est énergique, un peu typé rock californien (c’est peut être normal, il y vit maintenant). L’esprit du morceau est plein de bonnes vibes et le refrain envoit grave. La chanson parle de lui : sauvage, assurément Mat Bastard l’est.

Le morceau finit dans une explosion grunge à la Nirvana (d’où le mot nevermind à la fin). Génial!!

C’est mon premier coup de coeur.

On a droit à un morceau très world music avec Grave Of Broken Dreams. Je trouve que le morceau est entre le reggae et le hyp-hop. C’est très frais musicalement, avec les percussions et les arrangements même si le chanteur nous emmêne sur la tombe de tous les rêves brisées, de toutes les espoirs déçus.

On repart à 200 km/h avec un bon vieux rock : Rosemary. Sa voix significative est la seule chose qui nous fait comprendre que nous ne sommes pas dans les années 60. Le son de guitare, le riff, la batterie et évidemment la basse surpuissante : toute l’énergie de cette époque s’y trouve. Le refrain balance une mélodie très fédératrice et hyper dansante.

On se secoue sur sa chaise en écoutant le morceau et on n’a qu’une envie de prendre son pied sur la piste (le dancefloor si vous préférez).

Je vais m’arrêter un moment sur Vivre Mieux. Un morceau électro-rock très puissant chanté en français. Les sonorités électro donnent une énergie très sombre, agressives ajoutées aux guitares saturées. Les paroles sont elles aussi très agressives : ne pas suivre les règles, prendre ces propres décisions et refuser ce que l’on veut que l’on soit.

Le morceau est très court mais très explicite.

J’aime bien l’électro-rock (là aussi) de Stand As One. Le morceau est moins agressif, les arrangements électro sont là plus pour donner un côté très nocturne et une certaine intensité au morceau. On alterne chant anglais et chant français. Le morceau parle de faire façe aux atrocités et à tout ce qui touche aujourd’hui notre pays. Faire face pour les générations futures, pour qu’elles n’aient plus à vivre çà mais aussi pour montrer l’exemple et aller aux delà de ce qui nous divise.

No Remedy continue dans le même esprit. Des arrangements électro hyper festifs et nocturnes et un rock avec un riff à la Muse. La densité du morceau vient clairement des arrangements électro et cela rend le tout très dansant, très festif même et pêchu à souhait.

Stay Close To Me revient à un rock plus traditionnel : hyper énergique avec une grosse saturation de guitare, un riff rapide et expéditif. Le refrain envoit du bois et nous plonge dans une euphorie et une envie de sauter partout… POGO!!!!!

Le morceau me fait penser à une fuite en avant.

Deuxième coup de coeur!

Conclusion :

Malgré quelques petits dérapages contrôlés (Honestly et Dark Light facilement dispensable), l’album est un très, mais alors très bon album. On retrouve toutes les influences du chanteur et toujours sa verve, sa colère et son envie d’en découdre avec le monde pour faire valoir ces idéaux.

Sans aller dans le donneur de leçon, Mat Bastard parle de sujets qui le mettent en colère ou dont il veut faire prendre conscience.

Côté musique, les arrangements sont superbes, très travaillés et fournis. Il y en a pour tous les goûts, fan de Skip The Use ou non. C’est un album pour tous, rockeur ou non.

J’attends la suite avec impatience.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/42887361?utm_source=deezer&utm_content=album-42887361&utm_term=7126184_1501535621&utm_medium=web

Spotify : https://open.spotify.com/album/75O2sBD92mL8Gfn2qIoFY7

Facebook : https://www.facebook.com/matbastardofficiel/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire