Nicolas Gardel & The Headbangers / The Iron Age

Nicolas Gardel & The Headbangers reviennent avec un second album : The Iron Age. Cette fois, Nicolas Gardel fait le choix de mettre en avant son nom, a contrario du premier album où il s’intégrait complètement dans le nom du groupe. L’univers jazz multi-style des 7 musiciens évolue encore en technique et mélodie dans ce nouvel album instrumental.

On débute avec Loveless In Babylone. La trompette mène la mélodie, presque un thème de film avant de partir sur un rythme salsa avec une guitare électrique rock. Le mélange des univers est dosé parfaitement et tout se combine pour en faire un morceau très original. Pour vous dire, j’ai l’impression d’écouter Ibrahim Maalouf, ces consonnances légères orientales et jazz, avec une base rythmique cubaine, le tout impulsé par un groupe de métal. Groupe qui prend le contrepied en fin de morceau pour un final sombre et lourd à souhait.

Les morceaux aux attraits plus heavy ont les titres les plus bibliques. Cela marque aussi bien le paradoxe de cette musique paienne qu’est le rock que le fait que ce style musical soit érigé par certains de ces fans comme une religion.

Alpha & Omega est un pur moment de jazz, avec une mélodie qui commence feutrée pour finir sur une tonalité très festive, une rythmique catchy pleines de roulements et de jeux de cymbales avec en prime, solos de piano magnifique et de trompette très smoothy.

Homeland’s Death est très interessant. Des cornemuses celtiques en intro, une mélodie jazz pleines de cuivres qui bascule sur un métal énergique et perché par ces notes hautes de guitares.
On assiste presque à un passage suspense, calme, un peu dérangeant vers une explosivité et une énergie salvatrice inscrit plus dans l’action.

What Is This Thing Called Jazz finalise en partie l’album avec une mélodie très funky. Un orgue prend la place du synthé pour apporter au solo un côté jazz vintage et une chaleur particulière. Le morceau est très festif et pleine de positivisme. Le solo de trompette monte et descend à une vitesse folle.

Conclusion :

The Headbangers continue de s’inscrire dans un mélange des genres musicaux : jazz,funk et rock. L’empreinte de tel ou tel univers est moins marqué par morceau, chaque morceau évoluant vers une thématique plus funk ou plus rock ou plus jazz au gré de la mélodie.
The Headbangers ne s’interdit rien et la qualité musicale et technique de chacun des membres leur permet d’explorer sans se répéter.
Un album plus  hétéroclite que son prédécesseur avec comme point d’orgue le groove!!

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/58872772

Spotify : https://open.spotify.com/album/3By71n8aU8GsEoPsPrZ5nE?si=YvSah55ISMKXCIi6wgiC5A

Facebook : https://www.facebook.com/theheadbangers/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire