Nine Inch Nails / Add Violence

Nine Inch Nails, ou NIN pour les fans revient avec un deuxième EP. Le concept porte sur 3 EP. Ces trois EP créent un univers, électro-rock qui se dévoilent un à un. Après Not The Actual Events, voici Add Violence.

NIN a toujours surpris, évolué là où on ne l’attend pas toujours. Trent Reznor a été rejoint par Atticus Ross pour créer ces 3 EP.

Je n’avais que modérément accroché sur Not The Actual Events et avait un peu peur pour Add Violence.

L’album paraît porté par un esprit apocalyptique. L’univers est sombre, très triste et parle énormément du temps qui passe, de la peur, de la guerre et de la rédemption.

J’ai beaucoup accroché sur Less Than. Les notes électroniques en font un morceau très rapide, la voix est très calme sur les couplets avant d’exploser sur les refrains. La guitare est saturée et la batterie installe une rythmique solide et rapide.

Le morceau fait penser à une fuite en avant, comme une course contre le temps. Trent Reznor le dit lui même : « le missile est déjà lancé ». Le temps est compté et le morceau prend l’auditeur et l’entraîne à grande vitesse vers son destin.

En revanche, The Lovers et sa sonnerie d’intro (comme une alarme retentissant au loin) installe énormément d’électro. La voix paraît sortir d’une radio ou d’une TV alors que le son monte lentement tout autour avec des notes répétitives et quelques peu angoissantes.

On ressent une noirceur et une tristesse au travers des notes de pianos et de flûte.

La voix de Trent Reznor arrive enfin, plus lente, plus mélancolique. L’énergie du morceau monte encore un peu avec la voix en arrière plan qui se fait plus dangereuse, plus angoissante.

Le morceau est superbe, par sa densité et l’univers installé, qui plus est il se termine de façon très abrupte, augmentant encore un peu plus la pression sur ce qui arrive, sur l’histoire.

This Isn’t The Place paraît servir d’interlude. La lenteur des notes de pianos submergée par les sonorités du synthé installe encore un peu plus cette noirceur, cette tristesse de l’album. Trent Reznor intervient enfin et pleure presque ; la voix est douce, chevrotante.

Le morceau, avec l’arrivée de la voix, sort de l’angoisse pour entrer dans la tristesse pure.

Je n’ai pas accroché sur Not Anymore. Non pas qu’il ne continue pas à coller à cet univers froid, angoissant ou triste, mais plutôt que les notes électro m’ont aggressé plus qu’attiré.

En revanche The Background World repose un peu l’auditeur. On conserve cette noirceur, la voix est posée et calme et les sonorités sont plus apaisantes. On sent que la tension monte peu à peu mais on laisse le temps à l’auditeur d’appréhender ce qui l’attend. On se croirait presque dans un film tellement la tension est palpable. C’est aussi dû au semblant de mélodie qui saute et reprend sans cesse (on sait que le morceau continue car la saturation sur la mélodie est de plus en plus forte et le son est bientôt complètement crade) jusqu’à la fin du morceau. C’est un peu énervant à la fin (6 minutes comme çà, c’est beaucoup), mais Nine Inch Nails cultive l’art du dramatique.

Conclusion :

Un second EP qui continue de poser les pierres de l’univers installé par Not The Actuals Events. Musicalement, on est quand même au dessus, les morceaux sont plus énergiques, je trouve plus intéressant et par certains moments, comme sur Less Than, on retrouve la patte de Nine Inch Nails à sa grande époque.

Un EP assez bon, très facile à écouter et ayant un univers très triste, angoissant et très réaliste. On s’y croirait et on se met à s’inquiéter de la suite des évènements.

TR_AR_publicity_red_bkg_a_3000px

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/44775151?utm_source=deezer&utm_content=album-44775151&utm_term=7126184_1500846142&utm_medium=web

Spotify : https://open.spotify.com/album/28DJ00Yr5oOhH0uOUgTQwc

Facebook : https://www.facebook.com/ninofficial/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire