Nine Inch Nails / Not The Actual Events

Nine Inch Nails (ou NIN pour les fans) est le projet d’un homme : Trent Reznor. Le style de NIN se rapproche du rock industriel ou du métal industriel ; en fait c’est un peu un style extra-terrestre dans l’univers rock. Il sort aujourd’hui un EP (pour faire patienter les fans avant le 10ème album) : Not The Actual Events.

Le projet est né en 1989 et a tout de suite suscité un engouement à l’heure ou le métal se targuait d’avoir 4 grands groupes qui tiraient la couverture à eux, que le grunge faisait son émergence et que le rock peinait à exister. Le nom Nine Inch Nails a été créé, selon Trent Reznor, uniquement dans un sens pratique (il est facile à abréger, en NIN notamment).

Not The Actual Events maintenant.

Essayer de résumer le sens musical de l’EP me serait impossible. Les sonorités sont très industrielles, agressives, la voix est criarde et le mélange des instruments originaux (tel que la guitare ou la batterie) se confond avec les arrangements et autres sons électroniques.

La voix de Trent est très reconnaissable sur les morceaux, comme sur Branches/Bones. Le morceau a une base très rock énervée, un rythme très rapide et saccadé. Les sonorités électroniques ne sont pas absentes mais la base reste la guitare électrique.

A l’inverse Dear World est résolument électro. Les mélodies comme le rythme est réalisé avec des synthétiseurs et des ordinateurs. On rentre dans une ambiance très sombre, mélancolique. Seule la voix ne subit pas trop de déformation.

Le morceau est très répétitif (trop répétitif) et on se lasse vite de ce son très ambient lent.

Quand on croit être perdu après ces deux morceaux radicalement différent, voilà She’s Gone Away qui vient approfondir le flou. Le morceau est là aussi très lent, très sombre (normal pour un NIN), les arrangements sont entre l’usine qui fonctionne seule un soir d’hiver et l’enregistrement d’une secte en pleine cérémonie avec un mauvais dictaphone.

On revient à une sonorité plus rock (ouf) avec The Idea Of You. Mais là aussi, la mélodie manque d’intérêt. Elle est très répétitive et vite soûlante, sans grand attrait musical ni technique. Même le refrain qui m’a un peu fait penser au punk des années 70 où le but était de jouer n’importe comment, mais sans l’énergie dégagée par ce style.

Seul Burning Bright (Field On Fire) a grâce à mes yeux. Le son lointain, un peu comme si on enregistrait live mais de loin ou dans une salle vide est très original. Le riff de guitare est bourrin, sombre et puissant. La voix est comme un écho de radio, bizarre, comme si le chant n’avait rien à voir avec le morceau. Le tout se regroupe sur le refrain, dans un faux calme avant l’explosion sonore. Je retrouve un peu le génie de Trent Reznor dans ce morceau.

Conclusion :

Un album dont on peut se passer aisément tant il est court et pauvre musicalement. J’ai beau beaucoup aimer NIN, je n’arrive pas à comprendre le fil conducteur de l’album ni même l’intérêt musical dans cet album. Devoir attendre le dernier morceau fut un calvaire pour moi.

Je m’attendais à beaucoup mieux de Trent Reznor et de Nine Inch Nails, surtout qu’il n’y a pas d’album depuis 2013. Le vrai album est prévu pour 2017, j’aurai pu attendre.

Pour l’acheter quand même (les fans sans doute) :

Deezer : http://www.deezer.com/album/14907755?utm_source=deezer&utm_content=album-14907755&utm_term=7126184_1483482725&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/2fThnKRzs6iudIAzHP9VOa

Facebook : https://www.facebook.com/ninofficial/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une réflexion au sujet de « Nine Inch Nails / Not The Actual Events »

Laisser un commentaire