Nirvana / In Utero

nirvana

Je voulais rendre un hommage à Nirvana dans ce blog, groupe phare du style grunge. J’ai donc choisi leur dernier album, In Utero sorti en 1993, véritable album d’adieu de Kurt Cobain puisqu’il se donnera la mort (évitons les polémiques) le 5 Avril 1994.

Après le succès de Nevermind, leur deuxième album, Kurt Cobain sombre dans une dépression reniant la reconnaissance du public et des médias pour leur travail.

Il décide pour son prochain album (In Utero) de revenir aux sources, c’est à dire le style de l’album Bleach (album le moins connu et aussi le plus agressif). De même, Kurt et le groupe décideront de faire l’album en prise directe. Cela veut dire qu’ils joueront tout le morceau en une seule prise, chose très rare car on prend aussi les erreurs techniques et la sonorité fait très garage. C’est le but recherché, revenir à un son plus grunge que celui de Nevermind trop lisse et accessible.

Après quelques déboires d’enregistrement, le Bébé sort enfin et le résultat est énorme.

Les deux premiers morceaux marquent leur retour au son Bleach et une très grande agressivité. Mais on revient très vite à des sonorités plus abordables, se recoupant avec Nevermind.

Heart Shapped Box est un des morceaux phares de l’album et représente bien le mélange Nevermind/Bleach.

S’ensuive que des succès sur cet album : the man who sold the world, et le très célèbre Rape Me (rebaptisé à l’époque Waif Me pour éviter la censure).

La voix de Kurt sur cet album est quand même marqué par l’alcool et la drogue. Mais les sonorités sont géniales et très originales pour l’époque où le grunge commençait tout juste à sortir de l’univers underground (surnommé aussi alternatif, pas pour tout le monde quoi) pour être écouté par le plus grand nombre.

Conclusion :

Sur cet album, hormis les deux premiers morceaux très orientés punk/grunge et Radio Friendly Unit Shifter, tous les morceaux sont connus et on se prend à les ré-écouter avec beaucoup de plaisir. Pour ceux qui sont nés après 1995, sautez sur cet album et sur Nevermind, deux albums qui représentent bien les années 90 en matière musicale et la volonté par la jeunesse de s’extraire d’un environnement très policé et lisse.

Deezer : http://www.deezer.com/album/6916355?utm_source=deezer&utm_content=album-6916355&utm_term=7126184_1443630694&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/4HACR8HgOYj1HH4vCZ3MVi

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire