Norah Jones/Day Breaks

norah-jones

C’est déjà le 9ème album (6ème si on ne compte que les albums solos) de Norah Jones, cette jeune artiste de jazz. Comme beaucoup d’entres vous, je me suis arrêté à Not Too Late. C’est pourtant une carrière de 15 ans que cet album consigne. Et Day Breaks est d’ailleurs un retour aux sources, un Come Away With Me avec la maturité d’une femme de 37 ans.

Elle a le même âge que moi. Mais je n’ai pas sa carrière (hélas) ni son talent (hélas bis).

Elle a pris de l’assurance en 15 ans et s’est s’entourer de merveilleux musiciens de jazz (parmi lesquels Wayne Shorter au saxophone ou Brian Blade à la batterie). C’est donc un album de créations originales (avec seulement trois reprises) que la jazzwoman nous livre.

Burn est un morceau très feutré. Les notes de pianos, de contrebasses sont lentes, douces, chaleureuses. On se projète aisément dans un night club, la voix de Norah Jones toujours aussi sensuelle caresse l’auditeur. Le solo de saxophone de milieu de morceau est très bon.

Ce morceau vient dans l’esprit du premier album, Come Away With Me.

J’aime beaucoup Tragedy. C’est une chanson très douce, chaude, plutôt solaire malgré les paroles. La musique est très positive, belle et toujours cette voix superbe de Norah. La mélodie est très belle, coule comme de l’eau. J’adore.

Aux bouts de trois pistes, déjà trois bons morceaux. Je dirais même un coup de coeur sur Flipside. Un morceau plein d’entrain et de plaisir. La ligne de piano est entraînante et entre dans la tête très facilement. Le morceau est plus rapide et énergique. La petite montée en puissance à mi morceau est très bien venue, et ajoute encore un peu plus de pêche au morceau.

J’avance un peu dans l’album, je ne veux pas que vous boudiez votre plaisir à découvrir le reste de l’album.

Day Breaks est un morceau très langoureux, je trouve un peu dans l’esprit de The Cardigans. Les quelques notes de basses sautillantes, les notes de pianos volatiles et cette voix chaude m’ont tout de suite fait penser à ce groupe pop. Les quelques notes de saxophone en guise de solo sont superbes et apportent au morceau un caractère très aérien.

Seul bémol, il n’est pas assez long. C’est mon deuxième coup de coeur.

Carry On me fait me retrouver dans les nightclubs de Nouvelle Orléans (je n’y suis jamais allé mais j’imagine, ne gâchez pas tout). Un morceau très doux, nocturne, lent et délicieusement interprété par des musiciens de talent et une chanteuse au charme vocal sans égal. Ce morceau est top pour une danse en tête à tête avec votre bien aimé(e) ou un repas aux chandelles.

 

Conclusion :

Un très bel album qui signe le retour (pour ma part, ayant quelque peu zappé la suite de sa carrière) de la très belle et douce Norah Jones.

Je ne parle pas volontairement des trois reprises plus haut, m’attachant aux créations musicales de Norah Jones. Cependant, elle reprend sans trop d’artifices modernes Don’t Be Denied de Neil Young, Peace d’Horace Silver et Fleurette Africaine de Duke Ellington. On voit d’ailleurs tout de suite la différence entre les créations et les reprises, le son se faisant plus old school, avec moins de filtres.

Avec ces trois morceaux, on est dans un pur esprit Nouvelle Orléans. J’aime beaucoup ce côté un peu live, libre des morceaux.

A écouter à deux, près d’une cheminée où le foyer luit de sa flamme ardente (quel poête), ou encore auprès d’un cocktail dans un bar à l’ambiance tamisée et dont le piano est l’atout central.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/14229974?utm_source=deezer&utm_content=album-14229974&utm_term=7126184_1477328869&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/0efTx5J9rBUbXiQ7O8Hyls

Facebook :https://www.facebook.com/norahjones/?fref=ts

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire