Panda Eyes / Nostalgia 64

 

panda eyes

Panda Eyes est un DJ électro dubstep suisse qui mixe depuis 3 ans. Oskar Steinbeck de son vrai nom de m’a pas laissé indifférent en sortant son nouvel album, le deuxième : Nostalgia 64. C’est vrai que moi aussi, j’ai la nostalgie de la Nintendo 64 et des années 90 parfois.

Le pire, c’est que ce jeune homme a 20 ans. Il est né au milieu des années 90 et ces souvenirs de la Nintendo 64 doivent être très rapides et précoces. En revanche, moi qui ai vu l’avènement de Nintendo au tout début (le combat contre SEGA dans les années 80, puis l’arrivée et l’écrasement du marché par Sony et sa Playstation), je comprends ce qu’il veut dire.

Sur sa pochette, on voit le bouclier de Link (personnage principal de Zelda, premier Role Playing Game très très grand public qui a sur imposer Nintendo en leader avec Mario).

On voit en fond la tête du panda (tout en haut du bouclier) et des chaînes en arrière plan. Les chaînes de l’imaginaire qui ont cédé avec toute cette nouvelle technologie développé depuis la fin des années 70. Les chaînes consuméristes qui ont enlacés tant d’enfants comme moi qui devaient avoir le dernier jeu vidéo pour être génial (pour les geeks des années 90 en tout cas, on était géniaux ; pour les filles, un peu moins).

Bref, Nostalgia 64 est l’avènement du nouvelle ère : le dubstep et les sonorités industrielles, la technologie qui nous permet d’avoir des effets spéciaux, des dessins animés et des jeux vidéos hyper réalistes. D’une manière de consommer et de faire de la musique très rapidement et pour tout le monde via internet.

Aparté personnel terminé. L’album maintenant.

Un album qui au fil des morceaux développe une ambiance électro très sympa et très dansante.

Aurora et sa prédominance de pianos est très sympa. Les sonorités industrielles donnent l’impression que l’on fait passer les sonorités dans des tubes (comme Mario). On a même des petites intrusions de voix de jeux vidéos. Amusant. Le morceau reste assez mélancolique pourtant.

Drippy Dub en revanche est résolument positif. Comme une course de voiture, le synthé nous entraîne rapidement sur une mélodie rapide et pêchue. On accélère encore et encore. Le morceau a une ambiance plus spatiale que le premier.

Nostalgia 64 est le morceau qui a les sonorités les plus old school. Le synthé notamment a une vieille saturation très années 90. Même la mélodie fait déjà vu. C’est voulu et sur le refrain on reprend les rythmes et les sonorités dub (très industrielles, mécaniques) qui élèvent le niveau du morceau.

Artificial est comme un arc en ciel qui vient s’inscrire sur notre écran et dérouler au fur et à mesure des niveaux qui évoluent. Puis vient le boss! Un gros son, une masse énorme qui écrase tous les sons, le beat s’accélère, le combat commence. La mélodie devient plus saccadé, plus mécanique et plus sombre aussi. Mais l’arc en ciel finit par revenir, gagnant toujours et continuant sa progression jusqu’au Game Over.

Radiate fait très Skrillex. Cela vient du fait des voix déformées, des sonorités plus aiguës et des passages lents, enfantins aux passages rapides et plus volumineux, plus adultes.

Boss Level est un véritable hommage. Un gros son, un beat imposant et répétitif et une ambiance pesante, comme une pression qui nous colle au sol. Un combat final pour un morceau final en apothéose. C’est aussi mon morceau préféré.

Conclusion :

Un deuxième album qui montre que Panda Eyes a un petit truc, le même truc qu’a Skrillex et Deadmau5 : du talent. 7 titres pour un total de 30 minutes ne suffisent pas à le mettre au même niveau que ces deux grands du dubstep mais les marches se découvrent devant lui pour les côtoyer. Il ne lui reste qu’à imposer son univers (comme sur Boss Level, puissant et pêchu) et à confirmer sur son prochain album. A suivre….

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/13369005?utm_source=deezer&utm_content=album-13369005&utm_term=7126184_1469726074&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/250TRv4DKkEEwL99WCJFgE

Facebook : https://www.facebook.com/PandaEyesofficial/

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire