Pantera / Vulgar Display Of Power

PanteraVulgarDisplayofPower

Le 8 Décembre 2004 décédait Dimebag Darrel (de son vrai nom Darrel Abbott), guitariste de Pantera, assassiné par un taré lors d’un concert.

Considéré comme un des 100 plus grands guitaristes du monde, je voulais lui rendre hommage. Voici donc la critique de leur 6ème album, pour moi le meilleur.

Avertissement : ce groupe et cet album n’est pas pour les oreilles chastes. C’est du gros Heavy Metal (double emploi de gros en français et en anglais mais çà donne du poids à ma phrase).

Plusieurs morceaux phares du groupe se retrouvent sur cet album dont un de leurs hymnes : Walk.

Cet album a un riff très entraînant, une rythmique lente et bien lourde.

Tout le son de Dimebag se retrouve sur ce morceau. des rythmiques cinglantes et qui envoient à chaque note et un solo de malade en milieu de morceau.

La particularité de ce morceau par rapport aux autres est l’absence de modifications de rythmique guitare. Normalement dans la très grande majorité de leurs morceaux, on observe deux voire trois changements de rythmiques, ce qui donne une certaine complexité à leurs morceaux.

A l’inverse ce morceau se différencie par le fait que la rythmique est toujours la même sur tout le morceau et est très simple. Ce qui la rend efficace d’ailleurs.

Pour apporter de l’eau à mon moulin, Fucking Hostile est le parfait exemple d’un morceau de Pantera.

Des rythmiques rapides, des changements de riffs en veux tu en voila, une voix enragé de Phil Anselmo (le chanteur). Les riffs sont plus complexes et le solo est beaucoup plus bourrin, comme si il avait été enregistré en une fois, sur l’inspiration du moment.

This Love est la ballade du groupe…. enfin si on peut dire. Les couplets sont feutrés, harmoniques de la guitare, son lourd, chant très travaillé de la part de Phil. Batterie très calme (ce qui chez Vinnie Paul, le batteur et frère de Dimebag, est un exploit). Mais très vite le naturel revient au galop. Le refrain est juste la voix d’un groupe en colère sur l’amour. Ils crient et jouent leur amour! et c’est énorme de paradoxe.

C’est mon morceau préféré, vous l’aurez deviné.

Les changements de rythmes sont géniaux, 4 au total, et interviennent le plus naturellement du monde. C’est leur morceau le plus complexe pour moi.

Regular People se pose là aussi en complexité de morceau. Le changement rythmique intervient dès l’intro et la complexité du riff s’entend direct. On est sur un rythme syncopé (en contre-temps si vous préférez) d’entrée de jeu. On ne sait plus où donner de la tête. Le morceau alterne parties rapides et lentes. Pris à part ce n’est pas le meilleur morceau de Pantera mais c’est un morceau très technique et très intéressant à écouter.

Hollow est le morceau qui finit l’album. On ressent les deux styles que le groupe a pris au cours de sa carrière. La première partie du morceau est plus calme, chaleureux, très glam métal (ils s’inspiraient à leurs début de Kiss et Quiet Riot) pour finir le morceau sur un gros son power métal bien bourrin (dès Cowboys From Hell, ils s’inspirent plus de Metallica et Slayer). Le morceau le rend un peu complexe à écouter car le groupe change littéralement de style en plein milieu de morceau sans qu’il y ait de réelle harmonie à cela.

 

Conclusion :

Pantera est un groupe (hélas dissout un peu avant la mort de Dimebag Darrell) qui a marqué l’histoire du métal. Sa technique (certains pensent que c’est du bruit mais c’est technique de faire du bruit de façon aussi importante), ses solos et ces mélodies les ont imposés sur le devant de la scène métal dès le début des années 90 et m’ont fait devenir fan dès la première écoute.

A écouter avec une bière dans un bar miteux avec un barman louche à qui il manque un œil, barbu et pleins de tatouages.

Deezer : http://www.deezer.com/album/80396?utm_source=deezer&utm_content=album-80396&utm_term=7126184_1449325821&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/7kW0cpKgSVsEqcc8xgbSb0

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire