Phil Campbell And The Bastards Sons

Phil Campbell est le guitariste du groupe Motorhead. Depuis la mort de Lemmy Killmister, Phil Campbell se retrouve avec son autre formation, formation familliale : Phill Campbell And The Bastards Sons. Un hard rock classique, énergique réalisé en famille pour ce premier EP.

A l’origine, le groupe s’appelait Phil Campbell All Stars Band. Mais là il change le nom et met en avant le fait que ces trois enfants jouent dans le groupe : Todd, Dane et Tyla. Ajouté à ces trois enfants, la venue de Neil Starr au chant vient finir la formation.

5 chansons prenant un accès très hard rock traditionnel.

Big Mouth est un pur morceau hard années 80. Une mélodie mise en place par la guitare rapide, positive et pêchue. La batterie et la basse pose la base ryhtmique sans fioritures et enfin le chant amène l’énergie final pour en faire un pur morceau hard. Cà sent bon le pantalon en cuir moulant, la chemise en jean déchirée et les cheveux longs.

Le solo de guitare est puissant, sans techniquement être énorme, il est efficace et en phase avec le morceau.

Spiders fait plus penser à un morceau de stoner (rock répétitif et entêtant reprenant les standards des années 70-80). Le morceau est plus lent, toujours aussi positif pour autant et la voix est plus posée, plus agréable aussi. Le riff de guitare est génial, faisant penser au camion sur la route 66 roulant sous un soleil de plomb.

Même si je suis pas fan du style stoner, j’aime beaucoup ce morceau. Le solo à la Van Halen finit de me convaincre.

Take Aim reprend l’énergie du hard rock des années 80. Un morceau plus rapide et là encore toujours cette positivité. La voix est là aussi plus calme, posée et le morceau balance grave. On est à la limite du rock énergique, c’est très accéssible pour le grand public. A mi-chemin, on accélère encore changeant la rythmique un peu plus complexe mais toujours bien envoyé.

No Turning Back reprend les standards de Motorhead sur la mélodie. Un morceau rapide, puissant, plein d’énergie avec une mélodie simple et efficace. Seul changement par rapport à Motorhead, la voix beaucoup plus belle que celle de Lemmy qui hurlait dans son micro. C’est franchement sympa et cela sonne comme un hommage. On tombe à mi-morceau dans un morceau plus lourd avec une mise en avant de la basse et un côté un peu plus sombre (à peine). Le solo de guitare vient reprendre la main et fait revenir le rythme à un niveau beaucoup plus élevé et à la première partie du morceau.

Pour finir, Life In Space est le morceau le plus déroutant. Une intro à la guitare acoustique, une voix feutrée, un morceau lent et doux. Une « pseudo ballade » qui, je trouve, à à peine sa place dans l’EP. C’est un peu le morceau extra-terrestre. Pas que le morceau soit nul, juste que c’est bizarre.

Conclusion :

Hormis Life In Space, un album très cohérent. Sans révolutionner le genre, il se montre très efficace et on voit que la famille Campbell prend du plaisir à jouer ensemble. L’apport de Neil Starr à la voix est pour ma part primordiale. J’attends de voir s’ils peuvent renouveler l’expérience sur, pourquoi pas, un album de 8-10 titres.

A écouter avec des cheveux longs.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/14462224?utm_source=deezer&utm_content=album-14462224&utm_term=7126184_1479936738&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/7qm15tPplHzQIN1NWMzO4C

Facebook : https://www.facebook.com/PhilCampbellATBS/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire