Rammstein / Rammstein

Rammstein est, pour ceux qui ne le savent pas encore, un gros de métal industriel allemand chanté en allemand. En gros fan du groupe et après 10 ans d’absence, je ne pouvais pas passer à côté de la sortie de leur nouvel album éponyme.

Après plusieurs rumeurs de séparation, un album solo du chanteur Till Lindemann, j’avais un peu peur que cet album soit l’album de trop.

C’est plutôt le contraire.

Un album moins agressif c’est vrai mais tellement dans la veine de Rammstein.
Je m’explique : Rammstein c’est des riffs accrocheurs, du métal bien pêchu, une voix gutturale imposante et surtout une théâtralité.

Ceux qui ont vu les concerts de Rammstein s’en souviennent toute leur vie : effets pyrotechniques, scènes industrielles, jeu des musiciens entre eux ; une mise en scène qui t’en mets plein la gueule et les oreilles.

Et bien le dernier Rammstein c’est ça : un gigantesque théâtre Rammstanien. Magnifique, sublime, sombre.

Avec des morceaux puissants et faits pour le live comme les singles déjà sorti Radio et Deutschland mais aussi avec Tattoo.
Ces morceaux sont dans l’esprit des anciens albums : puissants, pêchus, énergiques. Du Rammstein.

Mais avec Zeig Dich, on entre dans le théâtral. Choeurs d’opéra, instruments à cordes digne d’un orchestre harmonique, et surtout une mélodie rock énergique. Rammstein se rapproche un peu de l’ambiance d’un groupe comme Ghost sur ce morceau.
Avec les notes de basses rappelant Aerials de System Of A Down sur la fin, comme en clin d’oeil.

Et avec Puppe on monte d’un cran pour moi. Original, ce morceau m’a fait monter les poils par la puissance du chant sur le refrain, le coeur qu’il y met, la hargne même. Le morceau est froid, pesant, proposant une atmosphère digne d’un Shinning nous faisant entrer dans la folie de Till Lindemann (le chanteur).
D’ailleurs le texte parle d’une personne dont sa soeur l’enferme la journée pendant qu’elle va travailler pour qu’il n’assouvisse pas ces pulsions.

De même avec Was Ich Liebe, on a là un riff de refrain fédérateur et une mélodie rappelant un peu les années 80. Le morceau est presque dansant alors qu’il parle du fait qu’il s’interdise d’aimer.

C’est bien simple, mes trois coups de coeur s’enchaînent. Diamant.
Quelques notes de guitare en arpège, des violons et la voix de Till Lindemann. Il n’en faut pas plus pour faire une « ballade » (le mot n’est pas vraiment approprié, on se rapproche plus d’une musique de film ou d’opéra) magique.

Conclusion :

Rammstein, avec cet album, va plus loin et compose un album très original, puissant à sa manière, sombre mais surtout théâtral.
Pour moi, il rentre dans la catégorie des très bons albums de Rammstein.
Il me tarde de voir ce que cela donnera sur scène.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/96636772

Spotify : https://open.spotify.com/album/1LoyJQVHPLHE3fCCS8Juek?si=gbEr6EBMRYGwEg1LIGOA2A

Facebook : https://www.facebook.com/Rammstein/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.