Ray Lema / Transcendance

Ray Lema  est un pianiste français. Avec son sextet, ce dernier nous invite dans un voyage à travers ces inspirations musicales avec Transcendance. Il joue un jazz technique, très jovial avec des notes hautes, une légèreté dans le jeu de l’ensemble des instruments et un groove irréprochable. 

Voyage au coeur de l’Afrique avec le titre éponyme, voyageant d’abord au Nigeria puis à l’est du Congo avec Congo Rhapsody et Kivu’s Blues.
Le premier jouis d’un jeu énorme des percussions très mis en avant. A noter aussi le solo magnifique de saxophone.
C’est aussi un moyen de rendre un hommage à   Fela Kuti, saxophoniste et chanteur nigérian mort en 1997.
Le deuxième est plus feutré, comme nostalgique avec une dominance de la basse qui a un phrasé, un doigté, de toute beauté. Et avec quand même un solo de batterie de malade.
Le dernier enfin s’articule autour d’un blues jazz très nocturne et douillet avec là encore une dominance basse/batterie. C’est pourtant ce morceau où Ray Lema se lâche le plus, prend le plus l’ascendant avec une mélodie et un solo très léger et doux.

Ray Lema à travers ce Sextet joue en groupe sans jamais se mettre en avant plus que ces autres musiciens. C’est un membre à part entière de ce sextet. Il arrive donc de ne plus entendre de piano pendant de longues minutes au profit des autres instruments car la mélodie s’y prête.

On traverse l’Océan Atlantique pour visiter les U.S.A. avec un rock fusionné de jazz sur Sin. La partie rock se traduit par une rythmique plus binaire à la batterie, un riff de basse plus rond et une guitare saturée sur le devant de scène rappelant les groupes rock des années 70, très Deep Purple.
Puis plus au sud, les caraibes nous appelle, Cuba sur fond de rumba, avec 3ème Bureau.
J’ai moins accroché sur ces rythmes fais pour la danse mais qui me passe complètement au dessus côté musicalité.

Pour finir au milieu des mystérieuses forêts amazoniennes avec Chimères.
Dans ce dernier morceau Ray Lema apporte des touches de pianos plus terrestres, en arrière plan, l’aspect onirique et magique étant grandement transmis par l’originalité des sons des flûtes.

Conclusion :

Un album d’une technicité impressionnante. Le voyage au travers des influences de Ray Lema se fait facilement même si l’aspect africain n’est, je trouve pas assez poussé, manquant un peu d’originalité.
Techniquement et musicalement, les mélodies sont belles et on écoute Transcendance facilement. Si on aime le jazz. Cet album est peut être moins ouvert à un public non initié.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/73767432

Spotify : https://open.spotify.com/album/1R1aUyX31hNQwKwTJmNakN?si=L5-BhACaQ3yuG2Y-8PJpcg

Facebook : https://www.facebook.com/raylemaofficiel/

Rendez-vous sur Hellocoton !

4 réflexions au sujet de « Ray Lema / Transcendance »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.