Review Concert Purpulse 15/09/16

20160915_233133_resized

C’est dans un petit bar breton, le « Tavarn Roazhon » de Rennes que je retrouve Purpulse lors d’un de leurs nombreux concerts. Ils les ont emmagasinés cette année, voulant améliorer leur set et se faire connaître au maximum, pour le plus grand plaisir des rennais acquis à leur cause ou comme des curieux de passage dans le bar attirés par la première partie Giant Jack (un groupe de rock stoner très sympa). Je vous livre donc mes impressions après ce concert plein de funk et de rock.

Pour rappel, Purpulse est un des premiers groupes que j’ai découvert au hasard d’internet il y a presqu’un an. Ils mélangent assidument leurs influences rock et funk dans leur premier EP : Red Moon Wave.

Les mecs sont très cools, buvant une petit bière avant le concert pour se détendre et discutant de tout et de rien avec les personnes venues les écouter.

20160916_001409_resized

Ils débutent leur concert avec un nouveau morceau Pain. Il est très funk, limite tendance Lenny Kravitz. La voix de Kyrian se pose très bien sur ce funk teinté de rock plein d’énergie.

Black Tiles, un des morceaux de l’EP qui me faisait beaucoup penser à Red Hot Chili Peppers vient ensuite. Ce titre est fait pour le live et les harmoniques sont très pêchus.

20160915_224850_resized

Le groupe enchaîne ces titres. La basse est très présente, prédominante même avec un son rond et très propre. Kyrian nous balance quelques slaps à la basse (technique consistant à taper la corde la plus haute du haut de la paume ou du plat du pouce pour ensuite pincer les cordes aigues de l’autre doigt. Cà donne des notes plus percutantes). La batterie n’est pas en reste réglée comme un métronome.

Seule la guitare est un peu en deçà côté son (les aléas des lives et d’une petite salle qui ne permet pas un retour efficace).

Je l’ai surtout ressenti sur Busy Stair To The Everway, un morceau très rock énervé tendance Soundgarden (cela doit venir de la voix de Kyrian). Raphaël, le guitariste, sur ce morceau manquait de son et sa saturation se faisait à peine entendre. C’est dommage car çà aurait ajouté une énergie encore plus grande.

Mes deux morceaux préférés ont été How I Feel Is Nothing et Mr Big Shot. Pour l’un un morceau funk avec quelques relents de reggae qui finit à 200 à l’heure en rock pêchu et pour l’autre un morceau qui aurait pu se retrouver sur Mother Milk (album de Red Hot Chili Peppers à leur bonne période). Ces deux morceaux sont pleins d’énergie et faits pour le live. Ils donnent une patate d’enfer et les musiciens donnent tout sur scène.

20160915_231958_resized

Pour finir, Purpulse nous gratifie d’un Weary Road (là aussi un nouveau morceau) avec des mélodies très arabisantes (répétitives et entêtantes) avec un très bon solo de batterie de Jessy.

Conclusion :

Un très bon concert malgré le manque de place. Ils invitent le public à sauter et taper dans les mains. Un set très propre et pêchu.

Seul petit bémol, le morceau de rappel Yes Man qui manquait franchement de cohérence avec le reste des morceaux. Ce morceau est un peu en deçà du reste de par son énergie. Raphaël (le guitariste pour ceux qui ne suivraient pas) m’explique après que ce morceau est un morceau de son ancien groupe, d’où le manque de cohérence.

Personnelement, j’aurai plus vu une reprise d’un groupe qui les fédère montrant aussi leurs qualités de musicien sur un morceau connu de tous, quite à mettre de côté Yes Man qui n’apporte pas grand chose à leur playlist déjà bien fourni.

Les musiciens auront donner de la sueur mais pas de sang ni de larmes sur scène, ayant un réel potentiel en live.

Je voulais m’en assurer, me voilà rassurer. Ce fut un très bon moment, trop court.

NDR (note du rédacteur car je suis tout seul) : le groupe continue de tourner en Bretagne jusqu’à la fin de l’année et fera même un passage à Paris. Retrouvez les dates de concert ici.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire