Satan Takes A Holiday / Aliens

Satan Takes A Holiday est un groupe de punk/rock suédois. Le trio formé en 2006 nous a déjà gratifié de trois albums et voici le 4ème : Aliens. Une énergie chaude et positive réalisée dans le froid nordique de Stockholm ne peut que m’intriguer.

Le groupe déroule une énergie folle, une joie de vivre dans leur musique et on le ressent aussi bien dans leur sonorité moderne comme dans leurs compositions un peu plus old school.

Good Cop Bad Cop mélange habilement Rage Against The Machine et une voix montante et puissante à la Prince comme celle de Fred Burman. Une rythmique de basse énorme, ronde et pêchue ; une batterie énergique saupoudrée de coups de cymbales ; une guitare qui balance un riff de guitare enlevé et efficace et une voix superbe et énergique pour finaliser le tout.

Le morceau est court mais bon. L’efficacité du punk passe aussi par la spontanéité et la durée des morceaux. Le morceau est bon et n’en demande pas plus.

The Beat est dans le même esprit : punk. La mélodie est moins puissante que Good Cop mais elle redonne ces lettres de noblesses au punk rock des années 70. Le morceau a même un refrain pop/rock avec ces choeurs. L’énergie est impressionnante et on n’a pas le temps de souffler.

L’esprit punk est très présent dans le clip déluré  :

Ladder To Climb nous installe dans le temps qui passe et le fait de prendre toute chose comme si on allait mourrir demain. Le morceau continue sur cette veine punk/rock très énergique avec notamment le larsen (le son de guitare strident en intro) et la voix criarde et colérique de Fred Burman et enfin le riff de basse (Johannes Lindsjöö) et la descente de toms du batteur (Danne McKenzie) sur la fin du morceau.

L’énergie est encore plus imposante dans le clip puisqu’il est réalisé dans un ascenceur où les trois musiciens se retrouvent ne pouvant résister à l’appel de la musique.

Comme je le disais plus haut, le groupe se caractérise aussi par son côté old school très garage rock, punk 70’s. Le son est plus brut, plus spontané et donc un peu moins travaillé.

Cela n’en fait pas des morceaux moins bon pour autant.

Je n’ai pas accroché sur Iron Pipe ou sur Love Me Like I Love Me, un peu trop vieillot pour moi, et peut être trop punk mais j’aime beaucoup l’énergie dégagée et l’esprit festif de More Is More. Le refrain est très entraînant et nous donne envie de sauter partout en rigolant.

Il faut passer au delà de l’impression de Why Don’t We Do It In The Road?, et son blues rock sympa mais convenu, où l’énergie monte peu à peu et le son prend une modernité plus importante. Le morceau finit superbement avec la voix montant très haut (rappelant un peu Prince) et apportant une puissance et un côté anarchique génialissime.

Conclusion :

Les premiers morceaux nous embarquent de suite avec un son énorme, une basse surpuissante et un jeu très efficace.

Mes trois coups de coeurs sont les trois premiers morceaux, juste géniaux, et après on retrouve des jolies créations à travers l’album.

J’ai eu quelques hauts et bas sur cet album mais globalement j’ai beaucoup aimé. N’étant pas fan des morceaux punk un peu old school, je ne peux pourtant leur reprocher une énergie folle et une envie de faire la fête aux travers des compositions.

Je le conseille à ceux qui veulent retrouver la patate, un refrain d’énergie et une envie de faire la fête comme à ceux qui sont déjà dans le feu de l’action pour monter en puissance.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/15108451?utm_source=deezer&utm_content=album-15108451&utm_term=7126184_1488637257&utm_medium=web

Spotify : https://open.spotify.com/album/1VM17hG6Df7QxfyUVxbC3x

Facebook : https://www.facebook.com/satantakesaholiday/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire