Skunk Anansie / Anarchytecture

skunk anansie

Anarchytecture est le 6ème album de Skunk Anansie, groupe britannique et 3ème depuis leur reformation en 2009. Son membre le plus connu, Skin (la chanteuse) manquait dans l’univers musical et je suis content de les réentendre. Mais est ce à la hauteur de ce qui m’a fait sauter pendant mes soirées des 90’s.

Leurs deux premiers albums étaient des références rock, Paranoïd And Sunburnt et Stoosh. C’était du rock agressif, génial et avec la voix de Deborah Dyer (son pseudo Skin est plus connu) çà atteignait le génie rock.

L’album sur les premiers morceaux paraît plus calme. La voix de Skin est toujours aussi angélique, montant dans les aiguës jusqu’à toucher les anges. Les mélodies sont plus sages en revanche.

Beauty Is Your Course est plus proche d’un morceau pop/rock. Il fait même un peu Red Hot Chili Peppers, avec la chanteuse en plus. Le morceau est sympa sans être extraordinaire, les mélodies sont peu accrocheuses. Les alternances de passage lent, avec la guitare saturée étouffée au fond et la voix de Skin loin devant, et les passages plus rock à peine plus rapide, le synthé rendant le tout psychédélique ne suffit pas à me faire oublier I Can’t Dream.

Les sonorités électro s’enchaînent et se ressemblent. L’arrangement est très bon, la voix de Skin est toujours aussi puissante, envoûtante et délicate à la fois.

Mais y a t’il du vrai Skunk Anansie dans cet album, ce qui m’a fait tomber amoureux de ce groupe dans les années 90?

Bullets, avec sa basse saturée surpuissante et la batterie tapant le tempo avec puissance et rigueur, est le premier morceau qui me rappelle un peu les bons moments.

Les chœurs mettent de la chaleur dans le morceau. La montée en puissance du refrain par rapport à la sobriété du couplet (où Ace le guitariste ne fait que quelques incursions en arrière plan). Les sonorités électro sont toujours là, pour donner de la profondeur au morceau.

La suite revient, en partie du moins, au rock plus enlevé du groupe.

Les sonorités sont plus agressives, la basse est plus présente, les riffs de guitares plus appuyées, plus cinglantes.

Suckers! par exemple a clairement un riff rock super intéressant. Le rythme est puissant, la guitare a un son saturé superbe, un peu à la Rage Against The Machine et la basse roule comme un camion derrière. Dommage qu’il n’y ait pas de voix dessus et qu’il ne dure qu’1 min 20.

Mais on peut le voir comme l’intro de We Are The Flames, sombre et puissant.

Le roulement de batterie déroule pendant que Skin monte en puissance tout doucement.

La guitare joue des notes aériennes derrière, comme détaché des autres instruments. On a un peu l’opposition de Skin et Ace (chant et guitare) en hauteur et Cass et Mark (basse et batterie) au sol. Le morceau est lent et sombre. Seule Skin semble sortir de l’obscurité.

Pour finir l’album, Skin montre toute l’étendue de sa qualité vocale sur I’ll Let You Down.

Un morceau principalement chant/synthé donnant une quasi ambiance de cathédrale.

Une voix sublime mise en avant par une ambiance monastique la rend encore plus belle.

Conclusion :

Où est donc l’anticonformisme de Skunk Anansie? l’âge les aurait-il tous calmés?

Avoir un album qui s’appelle Anarchytecture et être aussi conventionnel me déçoit.

C’est dingue comme les albums que j’attends le plus peuvent me décevoir autant.

Après, cela reste un bon album, très agréable à écouter mais ce n’est pas le Skunk Anansie que j’ai connu et aimé. Dommage.

Deezer : http://www.deezer.com/album/12095922?utm_source=deezer&utm_content=album-12095922&utm_term=7126184_1452876955&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/0LBwAgeS29l0dbOI5ADdka

Facebook : https://www.facebook.com/OfficialSkunkAnansie/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire