Soulfly/Archangel

Soulfly_2015_Archangel_cover

Voici le 10ème album de Soulfly : Archangel.

Tous ceux qui connaissent Max Cavalera (le chanteur) ne seront pas étonnés par le titre de l’album. D’origine brésilienne, Max est un fervent catholique et tous ces albums, y compris quand il œuvrait pour Sépultura, sont teintés de titres ou sous entendus bibliques.

Archangel ne déroge pas à la règle, y compris dans la chanson titre (Archangel) où on l’entend parler en latin, ainsi que les chants religieux à la fin du titre.

Dix albums en 17 ans, on peut dire que le père Cavalera est très prolixe, pas forcément pour le meilleur. Je suis Soulfly depuis le début (1998, le premier album sans titre) et je dois dire que j’ai décroché au moment de Conquer, trouvant qu’il attaque des rythmes très trash, mais sans fond ni fantaisie qu’il pouvait y avoir dans les 3 premiers albums.

Je regrettais le côté primitif et brut des rythmes et riffs du début. Peut être qu’il n’y a que moi, mais j’y trouvais des percussions tribales, du moins dans les rythmes si ce n’est dans l’approche du batteur et percussionniste et des riffs efficaces et explosifs (ahhh “Eye for an Eye“, sniff je te regrette)

Bref, assez de nostalgie et passons à cet album. Et bien, je suis un peu divisé.

Il y a à nouveau une exploration musicale, que l’on ne retrouvait plus dans les précédents albums, puisqu’il met en avant énormément de sonorités… comment dire… bibliques dans ces morceaux. Chants de cathédrales allant même jusqu’aux chants latins (certains disent araméens, je ne saurais confirmer : “Bethlehem’s Blood“), sons de synthétiseurs donnant une atmosphère quasi religieuse.

Il y a même des solos de guitare, chose presque inexistants chez Soulfly jusqu’à maintenant.

On y trouve aussi des riffs plus lourds et plus lent comme dans Ishtar Rising, ainsi que les désormais célèbres featuring présents dans tous ces albums (dont un avec son fils dans Mother of Dragons).

Pourtant, là les featuring n’ont aucun intérêt, ce sont même presque les plus mauvais morceaux de l’album.

Petit Big Up quand même à “Soulfly X” (dernier morceau de l’album) qui est, comme dans tous les autres albums, un instrumental très basé Percu et instrument brésilien, un peu mélancolique. Petit seulement car ce morceau est en bonus sur l’édition digipack.

Sachant que l’album, bonus track inclus fait 45min, çà laisse rêveur si tu n’as que l’album simple.

Conclusion :

Très mitigé. J’aime beaucoup l’aspect musique religieuse ainsi que les riffs lents et bien lourds qu’il peut y avoir sur certains morceaux (3 tout au plus) mais le reste de l’album est très moyen.

C’est un peu mieux Monsieur Cavalera, mais je crois que je préférerais que vous passiez plus de temps à travailler les morceaux, quitte à ne pas en voir sortir tous les ans et qu’ils soient de meilleure qualité.

Je vous ai vu en concert deux fois (au Hellfest en petit clin d’oeil) et vous méritez de mettre le feu à la scène avec des morceaux qui déchirent.

Deezer : http://www.deezer.com/album/11009578?utm_source=deezer&utm_content=album-11009578&utm_term=7126184_1443630965&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/673MB9GuZzz8lsH1MIbhGo

Facebook : https://www.facebook.com/SoulflyOfficial/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire