Stone Temple Pilots / Stone Temple Pilots (2018)

Stone Temple Pilots est un groupe de rock/hard-rock américain. Après une envolée du groupe au plus haut des charts (avec un Grammy remporté), Stone Temple Pilots fait face aux problèmes de drogue puis au décès de leur chanteur Scott Weiland (en 2015) puis le décès de son remplaçant Chester Bennington (chanteur de Linkin Park décédé en 2017). Leur nouvel album, Stone Temple Pilots (2018) officialise l’arrivée de Jeff Gutt au chant et un nouveau départ pour le groupe.

La formation de ce nouveau Stone Temple Pilots est donc composée de Dean DeLeo à la guitare, de son frère Robert DeLeo à la basse, d’Eric Kretz à la battetie et de Jeff Gutt au chant.
Ce dernier s’est fait connaître par le groupe de néo-metal Dry Cell mais et surtout par son passage à X-Factor, émission de TV où des chanteurs viennent se faire repérer  (comme beaucoup d’autres émissions de ce type, X-Factor en est une des plus emblématiques à travers le monde).

Passons à l’album maintenant.
Cet album me rappelle l’album Stone Temple Pilots sorti en 2010.  Coincidence qu’ils portent le même nom d’album  (avec juste l’ajout de l’année 2018 sur le dernier)? Je ne pense pas.
Ce nouvel opus ne révolutionne pas tout mais évolue vers une tendance très intéressante.

Les frères DeLeo tirent leurs influences dans le hard mais aussi dans le Rythm & Blues et même parfois le funk rock.

Et on retrouve tout cela dans leur musique.

Dès Middle Of Nowhere, on est embarqué par l’énergie des musiciens avec une mélodie rapide, un gros travail de basse rappelant le style funk et une envie de tout donner.
Souvent associé à des groupes grunge à leur début, on comprend pourquoi avec ce genre de morceau. C’est un morceau plein d’ambitions et d’une volonté d’extérioriser une énergie considérable.

Je retrouve cet esprit grunge un peu à la Soundgarden ou Pearl Jam sur Just A Little Lie. Loin d’être aussi mélancolique que les groupes cités, c’est surtout le jeu de guitare légèrement syncopé jouant mid-tempo avec la rythmique de batterie (cela veut dire que le jeu de guitare et la batterie jouent sur un tempo moyen, ni trop vite ni trop lent, 100-120 battements minutes avec un léger décalage entre les deux instruments qui jouent les accentuations différemment).

De la même façon on retrouve cette énergie à travers tout le morceau même si les influences diffèrent selon les morceaux. Le gros de l’influence musicale reste le Blues. Mais avec des saturations très tranchantes.

Ainsi, Guilty envoie un riff très positif avec toujours ce phrasé de batterie catchy et rapide sur une mélodie empruntée du blues.
Thought She’d Be Mine ou The Art Of Letting Go utilisent aussi les influences blues/folk mais cette fois ci pour interpréter deux très belles ballades.
L’impulsion des musiciens donne une ambiance sur les morceaux très positive et très efficace.
La voix de Jeff Gutt se mêle à merveille avec le reste de la bande.

Si vous voulez un vrai syncopé avec un gros travail de batterie et une rythmique très originale pour un morceau génial, écoutez Roll Me Under. C’est un morceau aussi déstabilisant qu’il est génial.

Conclusion :

Un album superbe, une poésie musicale portés par un travail de composition des frères DeLeo, une qualité technique de l’ensemble des musiciens et la voix de Jeff Gutt.
Un album en décalage par rapport à leurs précédents albums, à l’exception de l’album du même nom sorti en 2010, par le choix du vocaliste et aussi par un plus gros travail des mélodies que par le passé mais qui fait mouche.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/58575252

Spotify : https://open.spotify.com/album/1C4NZ4GnwIRNY0glvRpOon?si=SuK1CUACQcm1usJj48wwdA

Facebook : https://www.facebook.com/stpband/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.