Struck / Montana Zoo EP

Struck est un groupe de rock bisontin (vivant à Besançon). Ils sortent un rock très festif et pêchu et parcourent les scènes de l’est de la France depuis 2014. Ils sortent ce mois ci leur deuxième EP : Montana Zoo.

Leur but est d’avoir une énergie que l’on puisse retranscrire en live à travers leurs morceaux.

Ayant ouvert pour le guitariste Jared James Nichols ou du groupe néérlandais Cooper The Band, Struck a acquis une aisance sur scène. Reste à concrétiser sur quelque chose de moins volatile : l’album physique (bien qu’avec le MP3 et le streaming m’a phrase n’est plus vraiment de sens… bref).

Dès Sleeping Night, l’énergie est présente. On reconnaît les adeptes de la scène. Le son mériterait quelques arrangements pour donner plus d’ampleur aux instruments mais l’essentiel est là.

Une intro très ambiant, un vieux son de micro de cirque ou fête foraine des années 40 et la guitare arrive. Un riff juste et efficace, une batterie propre et juste et quelques notes de basse, le tout rappelant les premières heures de Rage Against The Machine.

Montana Zoo envoi direct du bois. Un rythme rapide, une ligne de basse accrocheuse. C’est clairement un morceau de live, avec les parties de silence de la guitare laissant la place pleine au chanteur et les montées en puissance du refrain.

Cela rappelle un peu le hard rock de la fin des années 70, avec un solo de guitare rapide et déstructuré muni d’un effet Wah-Wah (là où le son de guitare effectue une légère oscillation donnant l’impression que le son monte et descend en wahhhhwahhh).

C’est pour ma part mon morceau préféré.

On change un peu d’ambiance avec une intro plus froide, plus nocturne à la guitare avec Devil. Cela n’est pas sans rappeler Soundgarden ou encore Pearl Jam. Le phrasé du chanteur bascule du parlé au chanté. Très sympa, le morceau n’en est pas moins très sombre autant par sa mélodie lente et froide, presque chirurgicale que par la façon de chanter.

On a même droit à une partie chantée en français sur les refrains.

Je n’ai pas accroché sur Away. Cela ne vient pas du morceau en lui même mais plutôt de sa complexité. Le morceau est en syncopé (la note est attaqué sur le temps faible, autrement dit, on a l’impression que la rythmique ou la mélodie est à la bourre par rapport à la mesure. Le but est de déstabiliser l’auditeur et de créer une nouvelle mélodie dans la mélodie en tombant là où on ne s’y attend pas). Ce genre de rythme m’a déstabilisé tout le long et même après réécoute, je n’arrive pas à m’y faire. C’est purement personnel et je tire mon chapeau à la qualité technique des musiciens car c’est quelque chose de très difficile à faire (écouter l’autre peut être source d’erreur).

En revanche, j’ai direct adoré l’intro à la guitare wah-wah d’Anymore With You. Cela m’a rappelé un peu Jimi Hendrix et ces riffs extra à la guitare. C’est un morceau très festif au riff efficace et pêchu. Les choeurs sur le refrain et le solo de guitare est énorme.

Conclusion :

Un album très énergique et pêchu sans faute de goût. Très sympa, cela demande à être vu en live pour voir ce que cette énergie donne sur une scène, et j’imagine que çà envoie du bois. C’est aussi un album très technique sous des airs de fête et de headbang.

Seul 2 bémols très facilement effaçable : le premier demande du travail, c’est le travail d’anglais du chanteur. Parfois, je sais que c’est un français qui chante. Question d’accent (je dis çà car j’ai le même problème).

Le deuxième bémol sera effacé sur l’album en fin d’année : le son qui mériterait quelques arrangements supplémentaires pour donner plus d’ampleur, plus d’attaque aux instruments.

Quoiqu’il en soit, je suis ce groupe depuis quelques temps et je continuerai de le suivre car il a de très grandes qualités et un jeu très intéressant.

A écouter avec des chevelus qui ont envie de s’enfiler une bière tout en remuant la tête autour d’un billard.

Pour écouter l’album : https://struck1.bandcamp.com/album/montana-zoo

Facebook : https://www.facebook.com/Struckofficiel/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire