TESKA / Primal Scream

teska

TESKA est un groupe de Métal Trash français. On peut ressentir diverses influences métal dans leur jeu. Ils sortent  ce mois-ci leur deuxième album : Primal Scream.

Je vais vous avouer quelque chose : Welcome, le premier morceau m’avait rendu indifférent. L’intro était trop longue et le reste du morceau me plaisait moyen.

Mais j’ai bien fait de continuer mon écoute, car The Outcome est juste génial. Puissant et technique. On retrouve les influences de Metallica aussi bien dans la voix que dans le solo et l’envie de balancer un riff puissant qui fonce à 200 km/h.

On comprend le titre de l’album dès ce morceau : Le cri primaire (ou hurlement primaire pour faire de l’ombre à Jean Marie Bigard).

I Don’t Know Yet sait aussi jouer sur l’ambiance sombre, un peu dans l’esprit Tool. Le morceau accélère très vite pour revenir à un son énorme, rond avec toujours la voix de Guillaume qui sait s’imposer. On pourrait jurer du James Hetfield tellement sa voix est grave et puissante.

On a même droit à un passage à la Dream Theater au tiers et à la fin du morceau avec un solo très inspiré et une mélodie superbe qui fait vraiment transition avec le reste du morceau, plus brutal. Franck (le guitariste soliste) est très très bon.

One More Fix est là aussi plus dans la veine Trivium ou Paradise Lost. Un morceau rapide, lourd et une mélodie technique d’Alain (le guitariste rythmique) avec toujours les petites touches de Franck par ci par là. Le chant est plus mélodique, moins guttural.

Chapter Hate envoie du bois grave, notamment sur la deuxième partie du morceau. Avec la partie basse seule d’Anthony, rattrapé par les deux guitares et la batterie d’Erwann. Puis le morceau repart sur le riff de départ.

A travers presque tous les morceaux, ils multiplient les césures et changements rythmiques, comme Pantera avait pu le faire avant eux. cela redonne un peu d’air au morceau et permet de renvoyer la purée tout de suite après.

Dark Side est je crois mon morceau préféré avec The Outcome. On retombe dans une ambiance plus sombre (d’où le titre). La guitare est stridente alors que la basse et la batterie sont lourdes. Le riff est génial et très entraînant, plus lent aussi que les autres morceaux (malgré les phrasés de guitare, la batterie a un rythme plus lent). La partie batterie/guitare pour le refrain est juste géniale. On retombe à l’état primaire.

Conclusion :

TESKA est un groupe qui envoie du bois. La puissance alliée à la technique donne un métal à la fois trash et symphonique. C’est un très bon album qui, hormis le premier morceau, mérite d’être écouté et ré-écouter pour comprendre toutes les variations du morceau.

Primal Scream fait référence à la puissance et l’énergie déployée par le groupe, mais le technique utilisée par les musiciens est loin d’être primaire.

Leurs diverses influences ne donnent pas l’impression de faire du copier-coller des groupes. Ils ont pris le meilleur de ces groupes pour se construire et c’est très réussi.

A écouter autour d’une bonne bière entre potes loin de sa(son) copine (copain)(il/elle ne comprendrait pas qu’on secoue la tête de bas en haut sans s’occuper d’elle/lui).

Deezer : http://www.deezer.com/album/12840382?utm_source=deezer&utm_content=album-12840382&utm_term=7126184_1461353584&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/7BZzOO7QLGmoTLFr9PeteA

Facebook : https://www.facebook.com/teskamusic/?fref=ts

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire