THE CARDIGANS / GRAN TOURISMO

CardigansGranTurismo

Quand j’étais étudiant, j’étais amoureux de la chanteuse. Des tatouages, un visage sublime et une voix à faire fondre. Petit retour en 1998 sur ce groupe qui me manque… par son talent évidemment. Voici donc The Cardigans et son album Gran Turismo.

Ce groupe suédois sort son quatrième album en 1998 et devient célèbre à travers le monde dans la foulée.

Gran Tourismo, en italien (car le titre était sympa d’après la chanteuse Nina Persson) raconte comment la musique peut être une ballade pour l’âme, un voyage.

On va pas perdre de temps, tous les morceaux sont sublimes dans cet album. La musique est simple et percutante, la voix est douce et sensuelle : on plane… non on voyage, comme sur la pochette, sous un coucher de soleil.

Paralyzed est un morceau magnifique même si pas facile à appréhender. La guitare électrique avec un son bien gras est en léger contre-temps, parfaitement assumé mais on a du mal à l’écouter sans se crisper un peu.

Erase & rewind est d’une tendresse, le clavier accompagnant parfaitement la voix d’ange de Nina.

Explode est, je crois mon morceau préféré. Une lenteur en complète contradiction avec le titre du morceau (exploser et imploser dans la chanson).

Starter commence par une intro voix seule, synthé très léger derrière, puis les sonorités rock reviennent. On retombe sur un morceau plus classique, avec toujours cette guitare au son gras type grunge Nirvana, mais en arrière fond, ne prenant jamais le pas sur la voix ni la basse prédominant tous les deux sur chaque morceau.

Hanging Around me donne un peu l’impression d’écouter un morceau de Weezer (groupe de rock californien un peu barré). Mais on continue sur la route, les cheveux au vent, avec Nina à côté chantant, le morceau montant peu à peu en puissance sur chaque refrain.

Higher est ma petite déception. Ce morceau est magnifique mais je le trouve un peu trop similaire à Explode, et c’est dommage je trouve.

Marvell Hill est juste superbe (vous allez continuer de l’entendre, j’adore cet album je vous dis). La batterie (bien qu’électronique) est très présente, et le synthé qui claironne tel un camion qui voudrait doubler une voiture trop lente. Nina, égale à elle-même, la montée de la voix au deux tiers du morceau, avec toujours cette sensualité et cette fin en instrumentale, batterie, synthé et basse : génial.

Je passe sur My Favourite Game. Bien que ce soit le morceau phare de l’album, c’est le morceau que j’aime le moins, après c’est peut être que je l’ai trop entendu.

Ceci dit dans le clip de ce morceau, on peut voir Nina voyageant sur la route, donnant tout son sens au nom de l’album.

L’introduction de Do You Believe fait penser à un jeu vidéo des années 80, c’est assez rigolo. Puis la voix toujours aussi chaude de Nina arrive et on retrouve nos marques. Ce morceau se permet même un chorus ( des chœurs si vous préférez) de la chanteuse.

Junk Of The Hearts est l’arrivée au bout du voyage, au bord de la plage, face à l’océan immense, le soleil se couchant sur le sable. On s’allonge et on ferme les yeux, le son des vagues apparaîtraient presque dans le morceau si on se laisse aller à rêver.

Nil, solo de piano, feutré par un enregistrement voulu “garage” (on enregistre le piano avec un certain recul et donc on a la résonance) clôture cet album.

Conclusion :

Ceux qui ne connaissent pas The Cardigans (trop jeune sans doute) écoutez le, c’est un ordre!

ceux qui connaissent, revenez dessus, sans être nostalgique, vous aimerez à nouveau entendre ce son.

Ils ont sorti deux autres albums après celui-ci, mais je reste accro à cet album. Ils se dispersent un peu à mon goût dans les autres. Dans cet album, tout est cohérent, et beau.

Deezer : http://www.deezer.com/album/103253?utm_source=deezer&utm_content=album-103253&utm_term=7126184_1444335972&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/6gxAs4Xk6dytHvqADOhLPw

Facebook : https://www.facebook.com/TheCardigansofficial/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une réflexion au sujet de « THE CARDIGANS / GRAN TOURISMO »

Laisser un commentaire