The Horrors / V

The Horrors est un groupe rock/New wave. Ils utilisent les instruments du rock, saturés et y ajoutent des arrangements et des mélodies empruntés à l’électro. Pour leur cinquième album, intitulé sobrement V (cinq en latin), Ils installent un univers rock bien ancré. Espérons qu’ils auront plus d’imagination que pour le titre de l’album.

Quand on parle de New Wave, on fait bien sûr référence à la vague pop rock des années 80 en Angleterre qui ont installé des groupes comme Cure en tête de pont. C’est à cet instant que l’on a vu s’installer dans la pop-rock des synthés pour densifier l’atmosphère musical des groupes.

Hologram m’a tout de suite fait penser à NIN ou de Dance With The Dead. une ambiance froide et sombre, des sonorités tranchantes autour d’un synthé avec une très belle mélodie et pour finir une voix aérienne avec une réverbération pour donner un caractère surnaturel.
On est un peu dans l’esprit Ann Rice (écrivaine d’Entretien avec un Vampire). Le tout se finit avec une guitare électrique sur saturée brisant la mélodie.

Machine continue dans le même esprit. L’originalité du morceau vient surtout de l’ambiance installée, véritable bande annonce de thriller ou de suspense SF.
Les saturations sur le synthé ajoutent un esprit rock proche de la guitare qui donne un coup de fouet au morceau.

Quand on écoute Ghost, on pourrait presque sentir l’atmosphère pesante une nuit d’hiver dans une maison abandonnée. La musique est feutrée, laissant planer une éventuelle sortie d’un monstre du placard. Même la voix, pourtant douce et chaude ne nous rassure pas.

Les morceaux se succèdent et ne se ressemblent pas. Point Of No Reply fait plus penser à une pop très Cure modernisée. Sympa sans être incontournable, cela permet un changement d’air.

De même Gathering et sa guitare folk font ressentir les influences New Waves.

Pour revenir très vite à des sonorités beaucoup plus énergiques comme sur World Below et son intro agressive. Le morceau bascule dans un mélange pop rock électro très sympa.

Ou encore la fin d’It’s A Good Life qui bascule du calme vers une puissance à la guitare électrique.

Conclusion :

The Horrors, c’est un peu le mélange de Cure et de NIN. Quelques sonorités électro pour installer une ambiance, un chant clair et doux et des guitares saturées pour donner de la densité à l’univers musical et installer une atmosphere noire. Pas glauque pour autant, on sent, sous jacent, des notes de positivité, d’espoir.

Une très belle surprise qui raviront les fans du groupe comme ceux du genre.

Pour l’acheter :

Deezer : http://www.deezer.com/album/48203722

Spotify : https://open.spotify.com/album/0OUGozF84sfw4lrD0nHYnc

Facebook : https://www.facebook.com/horrorsofficial/

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire