The Strumbellas / Hope

the strumebllas

The Strumbellas est un groupe de rock/folk canadien et ils sortent leur 3ème album : Hope. Un univers très positif, joyeux… de quoi garder l’espoir d’un monde meilleur.

L’album commence par Spirits, un morceau plein d’énergie et très jovial. La voix de Simon Ward est pleine de vie. La mélodie très pop/folk est impressionnante de densité, elle englobe la pièce toute entière. On dirait presque un orchestre complet, cela doit venir des cloches que l’on discerne derrière et des violons.

Côté paroles, on est sur le « Carpe Diem ». Il faut vivre pas le plus longtemps possible mais simplement vivre, profiter de l’instant. C’est pour çà qu’il dit qu’il est un rêveur, il regarde, s’assoit et s’évade. Le temps n’est qu’une variable d’ajustement, l’important c’est ce que l’on en fait.

We Don’t Know est plus proche du rock. Un rock folk toujours, cela est dû à la guitare folk qu’il utilise, mais on a toujours cette énergie, cette densité dans les morceaux. Le tout est très positif et même si les mélodies sont simples, la présence de violons ou même de tambours donnent une complexité au morceau dans l’ensemble pour en faire un titre très bon, magnifiquement arrangé.

De même au niveau des paroles, on est sur l’espoir. L’espoir de faire les bons choix, sans savoir au moment où l’on prend ces décisions si ce sont les bonnes. Le personnage ne se sent pas bien, a l’impression de ne plus être aimé, mais il avance dans la vie, car il a l’espoir, l’espoir que çà ira mieux. Sans vraiment savoir si au bout du chemin, l’espoir lui donnera raison, s’il montera ou sera dirigé vers le bas (sous entendu les ténèbres). Mais peut importe.

Wars voit l’apparition d’un synthé très présent. On se retrouve beaucoup plus sur un morceau pop des années 80-90. J’adore ce morceau surtout pour le refrain, il met une patate, un élan de bien être. Cela vient notamment des chœurs (et du doublement de la voix de Simon Ward pour donner plus d’ampleur). Le morceau est là aussi très simple mais tellement efficace.

The Hired Band est un morceau très folk. Les trompettes de l’intro donnent le ton. Un tempo très lent, une mélodie de ballade, la voix posée et douce de Simon. Les instruments à cordes continuent de nous bercer. Les trompettes reviennent à mi parcours comme un break au morceau, une sorte de solo. C’est un morceau pour danser à deux, enlacés.

Wild Sun sonne comme un morceau de Jeff Buckley. La voix sensuelle, la guitare folk. la différence est dans le refrain, avec les percussions donnant l’impression que l’on tape des pieds et des mains. C’est tout bonnement génial. On est comme en communion. J’ai envie de taper des mains aussi en écoutant ce morceau. C’est d’ailleurs mon morceau préféré, et ce n’est pas pour rien que c’est le morceau qui clôture l’album : le meilleur pour la fin.

Conclusion :

Un très bel album, plein d’espoir (d’où le titre), plein de positivité et de bons sentiments. Çà change un peu du quotidien. J’aime beaucoup, même si tout n’est pas bon, la majorité est extra. Je remets en avant Spirits et Wild Sun qui sont les meilleurs morceaux de l’album.

Pour finir, The Strumbellas est un groupe qui fout la patate et le sourire.

P.S. : pour la peine, le clip de Spirits.

 

Deezer : http://www.deezer.com/album/12920310?utm_source=deezer&utm_content=album-12920310&utm_term=7126184_1461787162&utm_medium=web

Spotify : https://play.spotify.com/album/6kwHSCglEAypfrWFaCcRPy

Facebook : https://www.facebook.com/thestrumbellas/?fref=ts

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire